25/02/2015

L'histoire suisse sacrifiée

waldstatten.png

La TdG du jour se fend d'une pleine page pour nous annoncer combien l'enseignement de l'histoire suisse est aujourd'hui sacrifiée dans nos écoles genevoises.

Je vous avais parlé en son temps de la pétition que ce jeune étudiant, Stefan Gisselbaek avait lancée afin que l'histoire suisse retrouve la place qu'elle mérite dans les programmes scolaires.


Cette pétition a donc rencontré un vif succès et vient d'être traitée par les députés du Grand Conseil qui, à une large majorité, ont décidé fort judicieusement de la renvoyer au Conseil d'Etat.

Après la motion réclamant des heures d'enseignement pour les directeurs d'établissement et celle qui demande une diminution du temps de formation des maîtres du primaire (3 ans au lieu de 4), voilà que Madame Anne Emery Torracinta se retrouve avec un sujet "brûlant" de plus sur son bureau!

Reste donc à savoir l'accueil qu'elle réservera à ces trois sujets? A n'en pas douter, elle a tout intérêt à y réfléchir très sérieusement si elle ne veut pas se retrouver confrontée à des projets de loi qui cette fois ne lui laisseraient plus aucun choix ni même une porte de sortie honorable...

L'occasion pour moi de rappeler ici le texte que j'avais publié en mars 2013 en suivant le lien:

"Où sont donc passés les Waldstätten"?

 

Ou ci-dessous:

 

Suite à la lecture du billet "Où est l'histoire suisse à l'école?" posté par Jérémy Seydoux, je me suis posé une question.

Qu'en est-il de l'histoire suisse à l'école primaire?

Voyons ce que nous apprend le PER (plan d'études romand) ?

Difficile de s'y retrouver dans ce labyrinthe...

Premier constat, dorénavant, on ne parle plus d'histoire mais de "sciences humaines et sociales".

Ensuite, j'ai eu beau chercher, je n'y trouve pas trace d'histoire suisse....RIEN sur le passé de notre pays!

On se perd dans des formules plus redondantes les unes que les autres, dans de flous et incompréhensibles "objectifs" :

- Se situer dans son contexte temporelle, s'approprier, en situation, des outils pertinents

- Identifier la manière dont les Hommes ont organisé leur vie collective à travers le temps, ici et ailleurs

- Observation et mise en relation de documents iconographiques et de textes décrivant le mode de vie et l'organisation sociale à certaines périodes, ainsi que le territoire concerné

- Identification des changements intervenus, de la permanence de certains éléments.

- Questionnement et formulation d'hypothèses concernant l'évolution des modes de vie (les situations de la vie actuelle auxquelles cela correspond, ce qui a changé, ce qui est resté et pourquoi).

- Création et utilisation expérimentale de divers objets ou techniques (poterie, peinture, armes, outils, cuisine, jeux)

- Situation dans le temps et mise en relation d'événements constituant des moments de rupture (inventions, révolutions, réformes, découvertes,..)

- Questionnement sur ce qui reste d'une période, d'un événement, sur les éléments (traces ou documents) qui permettent de les comprendre, sur ce qui a été conservé et pourquoi (esthétique, mémoire, valeur réelle ou sentimentale,…)

- Observation de traces du passé (objets, monuments, aménagement de l'espace,…) : matière, provenance, situation, condition, lieu et raison de leur conservation. Identification des renseignements qu'elles donnent

- Identification des héritages du passé, des conséquences sur la vie actuelle (répartition linguistique, religieuse, organisation sociale, politique, manifestation culturelle,…), et des commémorations

- Etc.

 

Où sont passés ces moments magiques pendant lesquels l'instituteur faisait revivre le passé de nos ancêtres en racontant avec ferveur les exploits de nos vaillants Waldstätten?

Disparus!

 

Résultat...plus d'histoire suisse pendant tout le cursus scolaire obligatoire des élèves romands.

Consternant!

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.


 

17:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Les Suisses (romands surtout) doivent être un des seuls peuples à avoir honte de son histoire.

Écrit par : Mère-Grand | 25/02/2015

Notre passé est abominable, notre présent sinistre. Heureusement, nous n'avons aucun avenir...
Devise nationale ?

Écrit par : Géo | 26/02/2015

Le PER est une vaste fumisterie mise sur pied par des fanatiques constructivistes adeptes de l'approche par compétence. En bref, tout ce qui ne marche pas et qui est clairement désigné comme tel par la recherche en éducation (celle qui est sérieuse et qui teste ce qu'elle dit, pas celle qui fait du blabla comme Perrenoud et consort)
Quelques liens intéressants je pense pour ceux qui s'intéressent au PER:
https://stevanmiljevic.wordpress.com/2014/09/03/a-lecole-obligatoire-lapprentissage-de-la-seconde-guerre-mondiale-est-optionnel-avec-le-per/

https://stevanmiljevic.wordpress.com/2014/08/23/pourquoi-les-demarches-historiennes-nont-pas-leur-place-a-lecole-obligatoire/

https://stevanmiljevic.wordpress.com/2014/06/01/moyens-denseignement-le-constructivisme-toujours-a-la-barre-au-mepris-des-recherches-scientifiques-serieuses/

et surtout:
https://stevanmiljevic.wordpress.com/2014/03/22/le-plan-detude-romand-est-il-une-machine-a-fabriquer-des-incultes-et-des-analphabetes/

Écrit par : Stevan Miljevic | 28/02/2015

Bonsoir

Est-ce réellement rédigé ainsi ?

" ... se situer dans son contexte temporelle, ... "

Si tel était le cas, il faudra également envisager la grammaire...

Écrit par : keren dispa | 28/02/2015

Les commentaires sont fermés.