Sur nos monts

Y a des jours comme ça où l'on se sent....petit, mais alors, tout petit!


DSC01668.JPG

Et dire qu'on aimerait le faire oublier à nos écoliers genevois!

 

Sur nos monts, quand le soleil
Annonce un brillant réveil,
Et prédit d'un plus beau jour le retour,
Les beautés de la patrie
Parlent à l'âme attendrie;
Au ciel montent plus joyeux
Au ciel montent plus joyeux
Les accents d'un cœur pieux,
Les accents émus d'un cœur pieux.


Commentaires

  • Monsieur Duval je vous admire. J'espère que vous n'êtes pas d'une espèce d'enseignant en voie de disparition.

  • C'est quand même mieux que tout ces "textes guerriers" qui nous entourent!

    Vous devriez mettre le tout, car c'est un beau chant! Le seul problème c'est les 4 langues, et lorsque vous le chantez dans une assemblée c'est chaotique, mais tout le monde sourit à la fin...et ça c'est le signe de notre patriotisme!
    La solution c'est peut-être une strophe dans chacune des 4 langues apprise et chantée par tous.

    Que les flocons soient autant de rayons de soleil pour que votre journée soit belle!

  • Monsieur Duval,

    Un rappel de définitions me semble nécessaire:

    Pieux: animé par la piété, qui dénote la piété.
    Synonymes: croyant, dévot.

    Piété: dévotion religieuse.

    De telles paroles ne sont pas à leur place dans les écoles d'une république laïque.

    Surtout quand on connaît la suite:

    http://www.admin.ch/org/polit/00055/?lang=fr

  • @Didier Maerki
    Dans ce cas là et en suivant cette logique, il faut alors songer à supprimer à l'école primaire une quantité de choses. Les vacances, pratiquement toutes basées sur des fêtes religieuses chrétiennes, l'étude de nombreux textes avec référence à une religion ou une croyance divine, notamment l'étude des "Grands Textes" ainsi que les cours sur l'histoire des religions, etc.

  • Avant de vouloir faire ingurgiter un hymne national au demeurant assez peu laïc, sans doute vaudrait-il mieux concentrer nos efforts sur ce qu'on appelle - peut-être à tort - l'instruction civique.

    Quand je vois les affiches onésiennes et leur "commune zéro frontalier", le brillant réveil de notre hymne ne se rapporte certainement pas à l'intelligence...Il peut au contraire conduire à un racisme et une xénophobie enveloppés dans le terme de patrie.

    Pas forcément glorieux.

Les commentaires sont fermés.