29/03/2015

Des enseignants qui ont osé!

lunettes.jpg

On se souvient d'une directive du DIP qui, pour raison de sécurité, demandait aux enseignants de garder les élèves à l'intérieur des bâtiments lors de la récente éclipse de soleil...

Il se trouve que je viens de recevoir un témoignage que j'aimerais vous faire partager. Car, à ma grande joie, il existe encore des enseignants qui, plein de bon sens, contrairement aux "têtes" du DIP, ont su anticiper l'événement et ont surtout osé braver cette hiérarchie incompétente.

 

"Dans mon école, nous, les enseignants, avons anticipé l'événement de la récente éclipse, en achetant, avec l'accord des parents, une paire de lunettes adéquates par élève.

Tous les enfants ont donc pu profiter de ce spectacle rare, malgré la météo qui a bien failli tout compromettre.

Aucun parent de nos deux cents élèves ne s'est opposé à ce que son enfant observe ce phénomène, même si certains n'ont pas adhéré à l'achat groupé.

Nous avons dû commander ces lunettes une quinzaine de jours avant l'événement pour être sûrs d'en disposer d'une paire pour chacun.

Nous nous sommes bien sûr posés des questions quant à la position du DIP, et nous sommes informés auprès de la Direction...et lorsque la réponse est enfin arrivée (garder les enfants à l'intérieur), 24h seulement avant l'éclipse, nous avons transmis l'information aux parents d'élèves et avons décidé de ne pas priver nos élèves d'un spectacle dont ils s'étaient tellement réjouis. Notre décision, à l'encontre de la volonté du DIP, n'en était même pas une, c'était en fait une évidence, tant il nous a paru absurde de confiner nos élèves.

Personne ne nous en a fait le reproche, au contraire.

Nous avons tous, enseignants et élèves, eu la chance d'avoir un collègue qui s'est senti suffisamment concerné pour prendre cette initiative et nous permettre ainsi d'assister à cet événement en toute sécurité. Lorsqu'il nous a parlé de ce projet, il a facilement convaincu toute l'équipe enseignante en quelques minutes, juste grâce à son enthousiasme. Et pourtant, il ne s'agit pas d'un astronome amateur, juste d'un enseignant qui s'est senti concerné par un phénomène naturel rare, et a eu la motivation de faire partager son enthousiasme à tous les élèves de l'école.

La conclusion que premièrement je tire de tout cela, c'est qu'il est important de garder en nous cette passion et cette envie de faire partager à nos élèves ce qui nous tient à cœur. Qu'importe finalement ce qu'en pense, (ou non, d'ailleurs, dans ce cas précis), le DIP.

Deuxièmement, je relève « l'esprit d'équipe » de mon collègue. En effet, il ne s'est pas contenté de préparer ses seuls élèves à cet événement, il a eu à cœur d'emmener toute l'équipe dans cette extraordinaire aventure.

Si on attend du DIP qu'il anticipe et nous dicte nos actions, à mon avis, cela signifie que nous sommes des enseignants tout juste bons à appliquer des consignes inutiles et à "honorer" (oui, le mot est à la mode), ou faire semblant d'honorer, un plan d'étude auquel tout le monde feint de se référer.

Je fais partie d'une génération d'enseignants qui n'appartient pas à un troupeau de moutons et qui a la chance de ne pas craindre la hiérarchie.

Je n'ai aucun mérite. A une époque pas si lointaine, nos supérieurs ne subissaient pas les mêmes pressions que les directeurs d'aujourd'hui, ceux-ci pouvaient, sans crainte, se permettre de soutenir les enseignants et leurs idées, parfois un peu « loufoques ».

Je remercie donc ce collègue, passionné par son métier, et la direction de notre école qui a soutenu notre initiative. Sans son enthousiasme, nous serions, tous, élèves et enseignants, restés dans l'obscurité, stores baissés".

 

20:50 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Ce témoignage recoupe très exactement ce que j'ai écrit dans le précédent billet, et je suis pile poil dans l'axe, y compris sur les questions posées.

Voici le papier qui est paru dans la presse

Quand le bon sens s'éclipse !

Est-ce un animal malfaisant (dragon, loup, jaguar…) qui mange notre Soleil, comme le pensaient les peuples primitifs, est-ce l'annonce de l'apocalypse comme on le craignait au Moyen-Age ? La lumière du Soleil qui s'éclipse est-elle dangereuse pour la santé comme certaines recommandations pouvaient le laisser craindre même lors de l'éclipse de 1999?

Alors que le phénomène est parfaitement connu et expliqué scientifiquement, prévisible longtemps à l'avance avec une très grande précision, certaines réactions de professionnels de l'éducation ou de la santé me font soudain douter que nous sommes bien au début de XXIème siècle et non plus au Moyen Age.

Alors que la technologie moderne offre des filtres sûrs pour observer le Soleil (verres teintés dans la masse, films de mylar…), j'ai été effaré d'entendre qu'un pharmacien avait recommandé à un client d'utiliser des lunettes 3D pour se protéger, ou encore qu'un opticien ignorait ce qu'était un filtre de densité 5 (filtre qui ne laisse passer que 1/100'000 de la lumière incidente et qui est recommandé pour de telles observations). Le cas échéant, il s'agit d'incompétence crasse, ce qui est grave en soi, mais, faut-il l'espérer, peu répandu.

Mais que dire alors de ces chefs de service du DIP, ou de ces directeurs d'établissements scolaires qui ont interdit aux enseignants et à leurs élèves de sortir durant l'éclipse, relayant les croyances moyenâgeuses, selon lesquelles il fallait se calfeutrer pendant ces événements aussi rares que terrifiants et maléfiques? Une telle attitude dénote à mon sens, non seulement de carences scientifiques et culturelles graves, mais également d'une conception de la pédagogie et de l'éducation des plus discutables et inquiétantes de la part de professionnels de l'enseignement.

Sans oublier les moments d'intense émotion provoqués par la beauté du phénomène, l'observation d'une éclipse permet à l'enseignant un travail pluridisciplinaire des plus riches (mythes, croyances, développement et histoire des sciences, situation de la Terre dans le système solaire, notions de mécanique et d'optique, etc…) et qui plus est, aisément adaptable au niveau des élèves, de l'école primaire jusqu'au gymnase.

En plus de 35 ans d'enseignement, je n'ai jamais manqué de montrer à mes élèves du Collège (ainsi qu'à ceux des autres classes) éclipses de Soleil, de Lune, transits de Mercure ou de Vénus, à l'œil nu (dûment protégé) ou au télescope. J'ai également eu l'occasion d'intervenir dans des classes primaires. Je garde un souvenir lumineux de l'enthousiasme et de l'intérêt suscités par ces observations chez des centaines d'élèves. Et, fort heureusement, à ma connaissance, aucun d'eux n'a été victime de troubles de la vision ou de la personnalité, ou frappé d'un mal mystérieux suite à ces observations.

Daniel CEVEY
Physicien, enseignant à la retraite.

Écrit par : Jean Romain | 29/03/2015

Encore une fois le DIP n’a jamais interdit, il a recommandé. Monsieur Jean Romain Putallaz insiste, moi aussi.

Écrit par : Gilliéron | 30/03/2015

Ne jouons pas sur les mots...
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/jeunes-eleves-prives-eclipse-solaire/story/31421846

Écrit par : Duval | 30/03/2015

Plus un pouvoir, quel qu'il soit. à tort ou à raison, est critiqué, plus il se sent menacé plus il se durcit, se méfie...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/03/2015

Absolument, et c'est bien pour cela que j'insiste. Interdire ou recommander une action ce n'est simplement pas la même chose, à moins de manipuler la langue et au passage les gens pour des objectifs qui n'ont rien à voir avec l'éclipse.

Écrit par : Gilliéron | 30/03/2015

Vous avez raison, Monsieur Gilléron. Lorsque votre hiérarchie vous dit, "je n'interdis pas mais....je recommande fortement de... vous faites comme vous voulez mais à vous de prendre vos responsabilités. Nous, de notre côté, on ne fait RIEN pour vous donner les moyens de profiter d'une magnifique opportunité pédagogique"... y a pas photo, on n'hésite pas dans ces conditions!

Écrit par : Duval | 30/03/2015

Ce que DIP aurait dû faire s'il avait un peu de dynamisme, s'il avait conscience de l'importance de la culture scientifique, s'il n'était pas paralysé par le "principe de précaution", s’il avait dans l’esprit d’enseigner, c'est de profiter de cette occasion pour soutenir cette observation (qui n'est pas si courante), au lieu de compliquer les choses, voire d'interdire de sortir.

M. Gilliéron, qui ne saisit pas ce que doit faire une école digne de ce nom, serine ses propos de peu de pertinence.

Écrit par : Jean Romain | 30/03/2015

Merci pour vos commentaires, mais la vérité des mots (même pour Monsieur Putallaz) est heureusement parfois tenace, avec mes salutations.

Écrit par : Gilliéron | 30/03/2015

On apprend que tous les enseignants des écoles primaires du canton viennent de recevoir une note émanant du DIP.
Le Département informe le corps enseignant de l'éclipse lunaire du 4 avril prochain, visible dans toute l'Amérique du Nord.
Afin de se racheter de son pataquès concernant la récente éclipse solaire (et non scolaire), le DIP offre à tous les élèves le voyage aux USA. Il joint à son message tout un matériel didactique afin de préparer au mieux cet événement spectaculaire. Prévoyant, le DIP a pris soin de fournir des casques adéquats afin de se protéger contre les étoiles filantes ainsi que des minerves anti-torticolis.
Plus d'infos et bulletin d'inscription sur le site du DIP.

Écrit par : Duval | 01/04/2015

Même votre 1er avril est mauvais, ah l’esprit c’est plus difficile que la polémique.

Écrit par : Gilliéron | 02/04/2015

Les commentaires sont fermés.