01/04/2015

Lettre ouverte à Sarah

démotivation.jpg

Chère Sarah (est-ce votre nom, un pseudo, peu importe),

Dans un commentaire posté sur un blog voisin, vous avez cru bon de m'accuser d'"inepties et de contre-vérités". Je vous ai aussitôt répondu et malheureusement, j'ai eu beau attendre, aucune nouvelle de votre part... Il est vrai qu'il est facile de se répandre sur un blog, il devient plus difficile ensuite de débattre...

Inepties et contre-vérités, je veux bien et c'est votre droit de m'en accuser; mais alors, à moins d'être un lâche, il conviendrait d'en débattre, ce que vous semblez bien refuser. Si ces propos ne me touchent pas pour autant, je suis beaucoup plus intéressé par ce que vous invoquez plus avant.

Ainsi, vous faites part de la démotivation générale des enseignants. Vous la constatez quotidiennement autour de vous, ainsi que "le discrédit perpétuel de l'école primaire surtout, qui aurait atteint durablement les professionnels". Sans oublier, au passage de m'en accuser, encore une fois tout à fait arbitrairement.

Eh bien, voyez-vous, Chère Sarah, vous venez là confirmer tout ce que je dénonce depuis des années. Car cette démotivation des enseignants, moi, je l'attribue à des faits bien précis.

- Une formation des enseignants (IUFE) qui n'est pas digne de ce nom, qui est incapable d'insuffler une "âme" au métier d'instituteur.

- Une hiérarchie inadéquate avec notamment des directeurs d'établissement, souvent incompétents, confortablement installés dans leur tour d'ivoire.

- D'innombrables procédures administratives stupides imposées aux enseignants.

- Un plan d'étude (PER) pratiquement illisible et surtout, souvent irréalisable.

- Des moyens didactiques qui en découlent et qui sont inadaptés aux besoins des élèves du primaire

- Des parents d'élèves toujours plus "intrusifs"...

- Bref, une perte générale importante des repères dont les enseignants ont un urgent besoin afin de retrouver la sérénité et le respect auquel ils ont droit et qu'ils méritent.

Sont-ce là, Chère Sarah, les inepties et les contre-vérités dont vous m'accusez?

12:41 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

bien répondu...et le futur risque bien de voir les gros nuages noirs se transformer en orages dévastateurs:

PER incontournable et indigeste
formation théorique inadéquate
effectif de classe en augmentation
integration d'élèves à besoins spécifiques sans moyen supplémentaire
directeurs toujours plus éloignés de la réalité du terrain
enseignants généralistes en voie de disparition
etc

Courage pour tous ceux qui croient encore en une école capable d'instruire et de former au monde des vivants .

Écrit par : J-F Girardet | 01/04/2015

Très bon article et très bonnes Fêtes de Pâques pour Vous Monsieur Duval
Le commentaire suivant ne l'étant pas moins .Certains grands -parents se sentiront moins seuls
Ceux qui sont contre les repères essentiels à toutes vies sur terre se retrouveront un jour comme ceux considérés comme damnés par les gourous sectaires et alors là on peut leur souhaiter un énorme courage mais l'auront-ils encore pour affronter tout ce que le vrai monde et non celui des livres leur offrira ? si on continue ainsi c'est ce qu'il adviendra
Nous on a eut le culot de briser les chaines de l'isolement mental mais les plus jeunes en auront -ils seulement le courage ?
J'admets aussi que le célèbre Régiment d'infanterie 8 aura aussi été un sacré moteur pour nous aider à grandir mais pour ceux de demain quel sera l'exemple à suivre ?

Écrit par : lovejoie | 01/04/2015

C’est adorable les gens qui parlent de courage, de repères essentiels, de briser les chaînes et d’exemple à suivre, et qui sont incapables de signer de leurs noms leurs textes.

Écrit par : Pierre-Alain Gilliéron | 02/04/2015

Je ne doute pas, mais alors pas du tout, que nous n'ayons pas le même sens de l'humour, Monsieur Gilléron. Pour ce qui est de votre 2ème commentaire, je ne comprends pas ce que vous voulez dire, pourriez-vous vous expliquer...
Mais peut-être que, au vu de l'heure avancée à laquelle vous avez posté votre commentaire, vous n'étiez pas tout à fait dans votre état "normal". Ceci expliquerait cela.

Écrit par : Duval | 02/04/2015

Les commentaires sont fermés.