09/04/2015

Rodolphe Tœpffer est à vendre

toepffer.png

Rodolphe Tœpffer évoque pour moi toute une partie de l’histoire de ma propre famille. Faut-il rappeler que Rodolphe Tœpffer est considéré comme l’inventeur de la bande dessinée ? Et que son premier album s’intitulait "Histoire de Monsieur Vieux-Bois" ? Mais, d’où vient ce nom, Monsieur Vieux-Bois ? Les Genevois d’aujourd’hui savent bien que c’est le nom que l’on a donné à l’Ecole d’hôtellerie.

Cela n’a rien d’un hasard, car celle-ci se trouvait jadis sur la propriété de ma famille, où Rodolphe Tœpffer séjournait très régulièrement. Sa sœur Ninette était en effet devenue l’épouse de Jean François André Duval (1776-1854), l’un de mes aïeux.

Voici le détail de toute cette histoire :

Elle commence lorsque mon aïeul, Louis David Duval (1727-1788), après être parti de Genève pour Londres avec l’un de ses frères, s’établit au milieu du XVIIIe siècle à St Pétersbourg , y développant son art de l’orfèvrerie et devenant le joaillier attitré de l'Impératrice Catherine II de Russie. Son épouse est Lisette Dumont,  la sœur d’un fameux Genevois, Etienne Dumont (1759/1829), qui écrivit les discours du comte de Mirabeau au début de la Révolution française, puis qui composa et rédigea l’œuvre du philosophe anglais Jeremy Bentham, parue d’abord en français. De retour d’Angleterre, Dumont, qui avait connu Talleyrand, La Fayette, Byron, Thomas Paine, sera élu au Conseil représentatif de Genève en 1816 ; il en rédigera le règlement. Sa vie durant, il est bien sûr en étroit contact avec sa sœur Lisette et son beau-frère Louis David Duval, puis avec les enfants de celui-ci.

Car, à St Pétersbourg, Lisette a donné à Louis David Duval  deux filles et trois fils ; ceux-ci lui succèderont à sa mort comme joailliers de la Couronne de Russie.

L’aîné Jacob David (1768-1844) décide de revenir à Genève tout en maintenant l’entreprise de joaillerie à St Pétersbourg. Les allers et retours seront fréquents. Il achète en 1802 le château de Cartigny. L’un de ses fils, Jacob Louis Duval, membre du Conseil représentatif de Genève dès 1816, sera élu procureur général de la République de Genève ; c’est à lui qu’on doit notamment la publication en 1832 à Paris, Londres et Bruxelles des Souvenirs de Mirabeau écrits par son oncle Etienne Dumont.

Le deuxième fils de Louis David Duval, Jean François André Duval (1776-1854) éprouvera aussi le besoin de revenir à Genève, lorsque Napoléon cédera Genève à la Confédération helvétique. Il y acquiert en 1816 le domaine de Morillon, sur lequel se trouvent aujourd’hui sises aussi bien l’Auberge du Vieux-Bois (Ecole d’hôtellerie) et la Mission russe, et sans doute aussi la Place des Nations, où il fit à cette époque creuser un petit lac artificiel.  

Grand collectionneur d'art, ami du peintre Adam Tœpffer et de son fils Rodolphe aujourd’hui considéré comme l’inventeur de la bande dessinée, Jean François André Duval héberge Adam Tœpffer sur sa propriété. Il épousera en 1820 la fille de celui-ci, la ravissante Ninette (la sœur donc de Rodolphe Tœpffer). Les liens entre les deux familles sont très étroits. A preuve le nom de son premier recueil de «bande dessinée», Monsieur Vieux Bois,qui est donné par la suite à l'école d'hôtellerie sise sur l'ancien domaine de Jean-François André.

 Quant au troisième fils de Louis David Duval, Louis Duval (1782-1863), il reviendra lui aussi s’installer à Genève, dont il deviendra le syndic. 

Aujourd'hui, à Genève, un théâtre, un lycée et une rue sont dédiés à Rodolphe Tœpffer. C'est donc dans cette rue qu'on peut admirer un magnifique buste de l'inventeur de la BD, lequel a été créé sur l'exemple du modèle qui est à acquérir lors de la vente aux enchères organisée du 28 au 30 avril au38 de la rue de Monthoux (lot N° 323) par la maison "genève enchères".

 

Vous trouverez d'ores et déjà en ligne le catalogue de vente présentant de nombreux lots intéressants en suivant le lien suivant:

 

Catalogue

 

Avis donc aux personnes intéressées...

 

21:30 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

André,
Je savais qu'un jour tes origines bourgeoises perceraient l'armure de l'enseignant (a-t-on encore le droit d'utiliser ce terme ?) bobo !
Allez, bonne comme dirait Cyprien.

Écrit par : Patrick le Géant | 10/04/2015

Il restera donc celui de la rue Tœpffer à admirer, entre les deux splendides gingkos biloba qui se réveillent actuellement.

Écrit par : Keren Dispa | 10/04/2015

Les commentaires sont fermés.