16/06/2015

Le couac du DIP

photo.JPG

La TdG du jour revient sur l'affaire de l'opéra censuré (L'Arche de Noé) dont je vous ai déjà parlé récemment.

Ainsi donc, la Présidente du DIP reconnaît qu'il y a eu un couac. Voilà qui est courageux et tout à son honneur. Cela mérite d'être souligné. Elle profite de cette occasion pour mettre les points sur les "i" et exposer aujourd'hui sa vision de la laïcité à l'école. On s'en réjouit.

 

 

On aurait pourtant aimé que Madame Anne Emery Torracinta aille un peu plus loin...

Car, enfin, rattraper le pataquès en décidant que l'opéra en question sera mis au programme scolaire de l'an prochain n'est que poudre aux yeux. Cette annonce ne résout en rien le réel problème.

En effet, on comprend que cette décision de censure a été prise par une commission sans consultation de la direction du DIP, sans en référer à la Présidente. Et c'est là que se situe le problème, le fameux couac! Car cela signifie qu'il existe, au sein même du Département, des gens incompétents à la tête de commissions bien mal dirigées.

On aurait donc aimé savoir de quelle commission il s'agit en l'occurrence, de qui elle est composée et surtout par qui elle est présidée.

J'ose espérer que Madame Anne Emery Torracinta aura à cœur de rechercher un peu plus loin ce que cache réellement cette énorme imbécilité qui provient de ses services. Que ce couac lui mette la puce à l'oreille et lui ouvre les yeux sur tous les autres dysfonctionnements qui prétéritent dangereusement l'ensemble du Département. Et qu'elle saura alors y faire le ménage...

Il en va de la crédibilité du DIP.

19:50 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Cela dit, à défaut d'"incompétents", il semble bel et bien y avoir des autocensurés et des craintifs, tant au sein de commissions que parmi les enseignants.

Ce fait mériterait d'être abordé et éclairci. Car lorsque des pressions s'exercent, leur ampleur est parfois difficile à évaluer et l'enseignant -voire une direction d'établissement- peuvent aussi se sentir seuls à devoir y faire face si en amont, aucun soutien ne leur est apporté.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/06/2015

Des "incompétents" qui décident de l'avenir des autres il y en a un peu partout, mais cela paraît évidemment plus scandaleux au DIP qu'ailleurs. Pourtant c'est là que dans des commissions et des textes ubuesques pondus par elles qu'un coup de balais serait le mieux venu.

Écrit par : Mère-Grand | 17/06/2015

Cette dérive illustre plutôt bien les tares d'un Etat mammouth. Le, ou la présidente en l'occurrence, ne peut pas tout contrôler.
Nous l'avons récemment observé avec le DSE dont le directeur de cabinet s'est empressé de répondre par mail au directeur de Uber Genève qu'il pouvait travailler avec des limousines en conformité avec la loi. Son parton n'a pas dû apprécier cette liberté du haut fonctionnaire qui ne comprend décidément rien à la loi sur les taxis et limousines. On attend toujours le démenti.

Écrit par : Pierre JENNI | 17/06/2015

Les commentaires sont fermés.