23/06/2015

Le temps des vacances...

Garfield_farniente.jpg

Rebelote!

Le journal "20 minutes" titre aujourd'hui "Aucune solution pour faire bosser les élèves en juin"...Les écoliers genevois ne travaillent plus depuis des semaines. Le combat pour rentabiliser les fin d'année scolaire continue.

Un problème qui n'a rien de nouveau et dont je vous parlais déjà en avril 2014. Une question urgente avait même été posée sur le bureau du Conseil d'Etat. Visiblement, celui-ci ne semble pas pressé de trouver une solution au problème...

Pour rappel donc.

 

Les écoliers sont-ils déjà en vacances?

 

Je lis aujourd'hui dans le 20 minutes que "les écoliers n'ont pas fini de glander en fin d'année".

"Et ça continue encore et encore

C'est que le début, d'accord, d'accord"...

Je l'ai écrit à plusieurs reprises, notamment dans mon billet du 15 avril "Que de temps perdu à l'école primaire"....

Personne n'est dupe, les élèves en tout premier lieu. Ils savent pertinemment qu'une fois ces épreuves passées, fin mai début juin, la remise des bulletins scolaires est toute proche et que donc l'année scolaire est pratiquement terminée. Le temps restant jusqu'aux vacances d'été ne sera que "remplissage", des journées que l'enseignant aura toutes les peines du monde à "meubler" le plus intelligemment possible.

Aujourd'hui, le député Jean Romain soulève cette problématique en déposant une excellente question au Conseil d'Etat: "Le département va-t-il mettre enfin le holà à ces pratiques qui ne servent ni les élèves, ni leurs parents, ni les contribuables, ni le rayonnement de Genève"?

 

Voilà qui me permet de suggérer une piste à nos responsables du DIP.

Ces épreuves cantonales sont bien évidemment nécessaires. Mais, pourquoi doivent-elles impérativement avoir lieu en fin d'année scolaire impliquant dès lors de soi-disant tâches incontournables qui justifieraient presque un mois de délai?

Pourquoi ne pas se livrer à cet exercice de contrôle à la fin du 2ème trimestre et tester les connaissances des élèves à ce moment. Cela éviterait alors tout ce travail administratif à ce point chronophage.

Ce qui, par ailleurs, permettrait, au nom de l'harmonisation et de l'uniformatisation, d'instaurer une bonne fois pour toutes des programmes trimestriels, identiques pour toutes les classes du canton! Ce qui n'est absolument pas le cas aujourd'hui. Le plan d'étude romand permet en effet aisément à chacun d'y puiser à l'envi et ainsi de traiter des différents sujets au bon vouloir de chaque enseignant. Autrement dit, le programme annuel est couvert différemment selon que votre enfant est dans telle ou telle école... engendrant donc toutes sortes de problèmes.

Cette simple mesure permettrait ainsi de poursuivre le travail scolaire jusqu'à la fin de l'année. La dernière semaine suffirait à effectuer les tâches administratives qui incombent aux enseignants, moyennes et bulletins à rédiger. Aux directeurs d'établissement ensuite, début juillet, d'organiser les classes pour la prochaine rentrée plutôt que de continuer à se la couler douce...

15:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

@VEC...vous qui parlez de courage:
Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.
Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.
De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

Écrit par : Duval | 23/06/2015

Un autre avantage de votre suggestion réside dans le caractère presque définitif de ces épreuves cantonales qui sanctionnent le passage d'une année à l'autre sans rattrapage possible.
Ma fille subit la nouvelle règle imposée au Collège en cours de route d'un total de 16 dans les branches principales. Elle a obtenu 15,9 et doit se fendre d'une demande de dérogation qui pourrait être évitée par une épreuve de rattrapage.
Les semestrielles du collège sont autrement plus pénalisantes que les evacoms du cycle avec 50% de la moyenne contre 25 % pour les evacoms.

Écrit par : Pierre JENNI | 24/06/2015

"Les EC ont été repoussées, depuis votre départ du DIP. Cette année elles ont eu lieu du 20 au 29 mai pour les 8P, du 28 mai au 5 juin pour les 6P et les 4P. Les profs utilisent le temps qu'il reste, soit environ 2 semaines pour les corrections, faire les dernières récitations, l'établissement des moyennes, l'écriture des carnets, les travaux administratifs avant de pouvoir faire les entretiens de fin d'année avec les familles, préparer les inscriptions au CO, la course d'école (souvent 2 jours) et les rangements, la soirée de classe, un concert, les bricolages pour le cortège des promotions et la fête des promotions. Tout cela bien sûr, en ayant les élèves 29 périodes avec soi, qu'il faut savoir occuper avec du travail scolaire, car tout temps peut et doit être utilisé intelligemment! ... et nos conseil des maîtres sont toujours agendés hors temps scolaire! Que les motionnaires s'occupent plutôt des CO qui libèrent à tout va 1 à 2 semaines avant le terme de l'année scolaire et qui font leurs conseils sur temps scolaire en offrant des heures blanches à leurs élèves durant le mois de juin...!!! (Pour m. Duval: ne pas me nommer, merci)"

Écrit par : une instit | 07/07/2015

Les commentaires sont fermés.