24/06/2015

Un mois de juin bien mal utilisé pour les élèves genevois

juin.jpg

La réaction n'a pas tardé!

Suite à l'annonce faite  hier, via le journal 20 minutes "Aucune solution pour faire bosser les élèves en juin" et dont je vous parlais dans mon précédent billet, une motion a été déposée aujourd'hui au secrétariat du Grand Conseil.

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/le-12h30/6873673-une-motion-demande-que-les-ecoliers-genevois-etudient-jusqu-a-la-fin-de-l-annee-scolaire-24-06-2015.html?f=player%2Fpopup

 

Teneur de la motion:

Secrétariat du Grand Conseil

Projet présenté par les députés : Jean Romain, Pierre Conne, Cyril Aellen, Alexis Barbey, Yvan Zweifel, Murat Julian Alder, Georges Vuillod, Bénédicte Montand, Patrick Saudan, Serge Hiltpold, Simone de Montmollin, Gabriel Barrillier, Lionel Halpérin, Michel Ducret, Daniel Zaugg,……..

 

Date de dépôt : 24 juin 2015

M

Proposition de motion

pour que les élèves de l’école obligatoire genevoise étudient jusqu’à la fin de l’année scolaire

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève
considérant :

La réponse du Conseil d’Etat à la QUE 222 - A ;

Que les élèves de l’école genevoise bénéficient maintenant du mercredi matin mais perdent ce bénéfice en n’étudiant plus guère durant le mois de juin ;

Qu’il est important, étant donné les résultats des élèves, de ne pas perdre un temps précieux en fin de période scolaire ;

Que l’Etat fixe clairement le nombre de semaines durant lesquelles l’enseignement régulier doit être dispensé,

 

invite le Conseil d’Etat

 

à prendre les mesures urgentes pour que les élèves de l’école obligatoire travaillent jusqu’au terme des années scolaires

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

 

Mesdames et
Messieurs les députés,

La problématique est récurrente depuis de nombreuses années. Dans les écoles obligatoires du canton, les classes terminent les années scolaires en roue libre. Par « fin d’années scolaires », il ne faut pas seulement comprendre des 10 derniers jours de l’année, mais le mois entier, lorsqu’il n’est pas déjà question de la fin du mois de mai.

Au Primaire, nous avons introduit à grands frais le mercredi matin parce que le temps scolaire semblait trop court pour honorer les objectifs du PER, notamment l’introduction de l’anglais. Or l’immense majorité des parents déplorent que ce temps scolaire ne soit pas utilisé en classe avec le maximum de rentabilité, particulièrement en fin d’année.

Au Cycle d’orientation, ils ne trouvent pas normal que des semaines entières soient sacrifiées pour libérer les élèves ou leur faire passer ce temps inemployé à des occupations fort peu formatrices. Il suffit de regarder l’horaire d’une classe durant la semaine des EVACOM pour comprendre combien les « libérations » se succèdent. Hors des épreuves, on libère les élèves durant cette semaine d’évaluation commune (qu’il aurait fallu placer d’ailleurs durant l’avant-dernière semaine de juin ou à une période plus heureuse).

Une fois les épreuves passées, les élèves ne perçoivent plus du tout la nécessité de s’abandonner quatre semaines encore au pli d’une heureuse habitude qu’on appelle le travail.

Parents, citoyens et députés ne trouvent pas normal que ces EVACOM se déroulent au mois de mai soit presque 6 semaines avant la fin de l'année scolaire. Ils ne trouvent pas normal que depuis plusieurs années, durant les dernières semaines de l'année scolaire, les élèves ne reçoivent quasiment plus de cours et regardent des films durant les périodes ordinairement consacrées aux diverses disciplines. Et c’est à la direction de l’école de donner l’impulsion nécessaire pour inverser la tendance.

Les résultats de Genève aux tests internationaux devraient plutôt nous inciter à nous retrousser les manches, à valoriser l’effort, et non à habituer nos élèves à cette vacuité.

La QUE 222 avait, il y a un an, suscité des commentaires prometteurs de la part du DIP mais pas d’actes concrets, actes qu’il est aujourd’hui impératif d’initier.

Au vu de ces explications, nous vous remercions, Mesdames et Messieurs les députés, de réserver un bon accueil à la présente proposition de motion.

 

13:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Fournir aux élèves les fameuses tablettes serait un moyen pour eux de prendre plus de plaisir à étudier ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24/06/2015

Un mois de juin bien mal utilisé pour les élèves genevois :
"Ma fille au CO a eu la chance de travailler jusqu'au 15 juin, avec des évaluations jusqu'à 12! Mais oui, sa dernière semaine d'école s'est faite à la maison, car elle était libérée! Au primaire,c'est bien différent! J'ai évalué mes élèves jusqu'au 17 (dernière évaluation) puis nous avons continué de travailler sur les dernières notions en allemand, math, français avec une sortie piscine, une course d'école, un concert à finir de préparer pour la soirée de classe du mardi 23.6, les bricolages du cortège des promotions à finaliser tout en rangeant les affaires des enfants sur le jeudi et le vendredi. En parallèle: voir certaines familles en entretien, finir l'administratif et vider la classe pour les travaux d'été débutant le lundi 29.6. Préparer la rentrée avec un aller-retour à l'économat prendre le matériel ad hoc et ... Préparer la suite durant la pause sans élèves car beaucoup de nouveautés sont attendues en 2015!!! Et je ne suis de loin pas la seule à avoir vécu tout cela comme ça! Les motionnaires devraient passer nous voir bosser, en vrai, sur l'année complète, ils seraient surpris! Arrêtons de ne croire que les commentaires qui discréditent notre si belle profession!!!

Écrit par : une instit | 07/07/2015

Les commentaires sont fermés.