10/07/2015

Ce féminisme qui m'agace!

homme femme.jpg

L'article paru aujourd'hui dans la TdG m'interpelle... le sexisme au sein du tennis en général et à Wimbledon en particulier fait débat. Ainsi donc, certaines joueuses se plaignent de voir leurs matchs prendre moins d'importance que ceux des hommes. Elles se demandent pourquoi leurs prestations sont moins programmées sur les grands terrains qui accueillent en effet plutôt les matchs masculins.

Mais, bon Dieu, tout simplement parce que le tennis qu'elles présentent n'est pas le même que celui que pratiquent les hommes. Admettons-le tout de même. Excepté à de rares occasions, le tennis féminin n'a pas grand chose à voir avec le tennis masculin. A l'évidence, tout y est moins rapide, moins puissant, beaucoup moins varié, en un mot moins attrayant.

N'y voyez là rien de péjoratif, ce sont simplement deux aspects du sport qui ne sont pas vraiment comparables et qui n'ont pas la même cote de succès auprès du public. Il ne s'agit pas du tout de sexisme mais de différence.

Une différence qu'il s'agirait d'accepter. Oui, l'homme et la femme sont différents l'un de l'autre et je ne vois pas ce qu'il y a de choquant là-dedans. Ce féminisme qui prône stupidement, à tort et à travers, l'égalité entre les deux sexes commence à m'agacer.

Entendons-nous bien; il n'y a pas lieu de parler de supériorité ou d'infériorité de l'un ou l'autre mais de DIFFERENCES. Femme ou homme, chacun a ses qualités, ses défauts et surtout ses capacités propres. Ainsi, l'homme, plus fort physiquement, n'a pas les mêmes possibilités que celles de la femme. Cette différence est évidente et se fait bien sûr ressentir dans la plupart des sports, n'en déplaise aujourd'hui à certaines joueuses de tennis...

Il en va de même dans la "vraie" vie. Et pourtant, en termes de capacités, de défauts ou de qualités, la femme n'a rien à envier à l'homme, peut-être même est-ce tout le contraire.

Personnellement, je me suis souvent surpris à jalouser certains aspects féminins...

La femme! Elle est indéniablement douée d'un 6ème sens dont l'homme est pratiquement dépourvu. Elle a une vision et une gestion de la vie dont bien des hommes pourraient s'inspirer... en sommes-nous capables ou nos différences innées nous l'interdisent-elles?

Le charme, oui, osons le dire, n'est-il pas l'apanage de la femme?

La liste n'est pas exhaustive, les différences entre ces deux êtres sont multiples, pourquoi faudrait-il à tout prix les nier et prétendre à une égalité artificielle. Au contraire, ce sont nos différences qu'il faut cultiver car ce sont elles qui font la richesse de chacun des sexes.

11:28 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Cher Monsieur Duval,

Je ne puis résister à la tentation d’un commentaire sur votre sujet du jour. Une fois encore la balle jaune vous titille ?
Ces chères dames n’ont-elles pas le droit de prôner haut et fort qu’elles sont les égales des hommes ? Et la liberté d’expression ? #Je suis femme.
Sans doute.

Souvenez-vous des années 80. Il n’existait que deux vraies joueuses, dont l’opposition faisait le spectacle.
Les années 90. Quelques joueuses sorties du moule, mais pas vraiment beaucoup de feux d’artifices sur les courts.
A propos d’artifices, la WTA, organe suprême du tennis mondial, a lancé une fantastique tournée promotionnelle dans les années 2000 pour promouvoir le tennis féminin et le circuit WTA. L’heure de gloire a sonné où durant un temps, les attributs féminins ont été portés hauts à grands coups de publicité, marketing, défilés, et vidéos virales sur Youtube. Dès lors le jeu féminin est devenu semblable au masculin. Le tennis est devenu (encore plus) attrayant, mais une fois encore au dépend des actrices de la balle jaune, qui n’ont pas apporté un intérêt au jeu.
Sexy ? Sexiste ?

Comme trop de nos jours, le sexisme couvre tous les débats et les discussions. Vous avez vu les tenues du moment ? Tout pour attirer les spectateurs.
Comme vous le dites il faut faire avec ses différences. Les joueuses (je n’oserais pas « les femmes ») pourront sans autre prendre position et revendiquer un traitement égal, les gradins mi-pleins le resteront encore un bout de temps…
Après tout, elles souhaitent un « grand public ». N’a-t-on pas le public que l’on mérite ?

Mais je ne me permets pas de défendre une cause.
Qu’en est-il des hommes ?
A l’heure où le sport professionnel n’est régit que par deux choses : l’argent et la corruption (qui sont intrinsèquement liés).
Les capacités athlétiques des joueurs, leur puissance, leurs capacités mentales en font de terribles gladiateurs des courts. Le niveau ATP n’a jamais été aussi fort depuis quelques années. Pourtant seule une poignée glane les meilleurs titres. A peu de choses près on retrouve toujours les mêmes noms gravés sur les coupes. Ça en devient lassant à la fin. On industrialise les joueurs de tennis…
Et le jeu dans tout cela ? Certes il est devenu spectaculaire. Des coups incroyables. Mais quelle lassitude. Quel ennui sur certains matchs. Nadal a ses coups droits décroisés, puis long lines. Djokovic et ses revers croisés. Murray et ses coups droits courts et ses balles bombées. Toujours les mêmes coups. Toujours. Encore. Match après match les courts changent de couleur mais les schémas restent les mêmes. Les matchs sont les mêmes. On ne retrouve plus cette opposition de style de l’époque. Où les crocodiles ne s’aventuraient jamais sur le vert gazon. On trouvait quatre top four sur une année. Un par saison.

Et si finalement le débat n’était pas le bon ?
Ce n’est pas les femmes contre les hommes, mais le tennis actuel qui fait oublier le tennis d’antan ?

Et l’argent ? Les médias critiquent la longueur des matchs et le fait que la fin d’un match ne puisse pas être programmée. Ils imposent de réduire les matchs en 5 sets, supprimer le 3eset en double voire le « let », change les règles (No-Adv), etc.

Pourquoi faut-il attendre que Roger s’approche des 40 ans pour nous jouer des coups spectaculaires et inédits ? Pour sortir de la lassitude et retrouver du plaisir ?

Heureusement il reste la nostalgie.
Comme il restera toujours (heureusement) des femmes sur cette Terre.

Salutations sportives,
Taylor

Écrit par : Taylor | 10/07/2015

En totale symbiose avec votre billet!

Et je dirai à ces dames de bien vouloir apprendre à jouer sans gueuler. Ca permettrait juste à ceux qui veulent quand même voir du tennis féminin de ne pas décrocher après 3 jeux!

Quand à Rodger il est encore loin de ses 40 ans. Il a juste attendu trop longtemps d'engager Edberg! Depuis le début il avait tout de ce grand champion, peut être juste trop d'humilité pour l'égaler; sans son aval!

Beau soleil à vous!

Écrit par : Corélande | 11/07/2015

Voilà qui devrait combler Homme libre.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/07/2015

@ Pierre:

:-)
Je l'ai lu et déjà partagé sur FB. Je pense que nous sommes nombreux à être agacés par ce féminisme qui n'a plus vraiment à voir avec l'égalité et qui se développe sur une vision très dogmatique.

Écrit par : hommelibre | 13/07/2015

Les commentaires sont fermés.