21/11/2015

Un audit accablant!

couac.jpg

Un audit accablant

Mandatée pour un audit, la Cour des Comptes vient de rendre son rapport sur l'Institut de formation universitaire des enseignants (IUFE). Le verdict est accablant, particulièrement en ce qui concerne la formation des profs du secondaire...ce qui permet d'ailleurs, à certains, de "minimiser" les déficiences de celle des maîtres du primaire.

Je n'ai eu de cesse, depuis la formation de cet IUFE en 2009, de dénoncer ses nombreux dysfonctionnements, notamment au travers de plusieurs témoignages d'étudiants désemparés qui venaient ici expliquer leur situation désespérée.

Tout ce qui a été dit sur ce blog s'avère aujourd'hui, malheureusement, bien véridique!

Outre des dossiers disparus, les passe-droits, l'incapacité de formaliser l'évaluation des candidats, les inégalités etc. c'est l'instabilité de cet institut qui pose problème : une double gouvernance "malsaine". Il n'est pas possible d'imaginer une formation professionnelle interne au DIP qui soit en même temps associée avec une formation académique universitaire "indépendante". Cette situation hybride entraîne deux chaînes de direction et déstabilise totalement cette formation si importante pour Genève.

Madame Anne Emery Torracinta n'a pas attendu le rapport de la cour des comptes pour réagir en opérant quelques menus changements. Mais, coller des emplâtres sur une jambe de bois ne suffit pas! Aucune rustine ne réparera une chambre à air pourrie...

Non, il s'agit de tout remettre à plat pour revoir entièrement cette formation des enseignants. Y compris celle des maîtres du primaire qui, en fait, est logée à la même enseigne que celle du secondaire. C'est d'ailleurs la recommandation de la Cour des comptes.

Il faut par exemple, repenser totalement le problème des stages, en nombre insuffisant, qui sont au cœur des problèmes rencontrés. Madame la Présidente du DIP pense avoir trouvé une solution en plaçant ces stages en début de formation. Voilà qui semble pourtant peu recommandé! Demanderait-on à un futur médecin de faire des stages avant sa formation et une fois cette formation faite, plus de stages au motif qu'il les a déjà effectués.

Pour Madame AET, il s'agit maintenant de prendre le taureau par les cornes et enfin se rendre à l'évidence. Cette formation de l'ensemble des enseignants, qu'ils soient du secondaire ou du primaire, n'a rien à faire au sein de l'université. Comme dans tous les autres cantons romands, cette formation doit être du ressort d'une HEP.

Le député Jean Romain vient de déposer une Motion qui demande une étude externe au canton pour envisager une alternative crédible à cet Institut universitaire.

Alors, Madame la Présidente, la balle est dans votre camp, sachez en faire bon usage...

 

14:50 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Dans le journal "Le Matin Dimanche":
"Vaud accueille les futurs profs genevois. La HEP vaudoise fait face à une augmentation de ses étudiants genevois. La faute à la gabegie qui touche actuellement la formation des maîtres au bout du lac". ...

Écrit par : Guillaume | 22/11/2015

"Pour Madame AET, il s'agit maintenant de prendre le taureau par les cornes et enfin se rendre à l'évidence."
Vous voulez, sans doute, dire "Pour le Parti socialiste …", dont Madame AET n'est que l'exécutante.

Écrit par : Mère-Grand | 22/11/2015

".ce qui permet d'ailleurs, à certains, de "minimiser" les déficiences de celle des maîtres du primaire."

Lamentable récupération politique.

Écrit par : El Captain | 22/11/2015

Il y a 82 étudiants Genevois dans le Hep vaudoise.
Cela signifie que Genève ne touche pas 82 fois la subvention fédérale pour ces étudiants, et qu'en plus Genève doit payer au canton de Vaud 82 fois l'ecolage pour ces étudiants.
Peut-on imaginer plus de bêtise ?

Écrit par : Jean Romain | 22/11/2015

Une étude de plus? pourquoi pas... mais le temps passe.

Depuis plus de dix déjà, je propose de créer une HEP semblable à celle des cantons romands pour une formation adaptée aux besoins réels de l'école républicaine.

Écrit par : Girardet | 23/11/2015

Merci de ce rappel quelque peu douloureux ! Mais il faut le dire et le répéter, cette filière n'a aucun sens, elle est basée sur des arguments prétentieux faisant croire que Genève fait mieux que tout le monde. Et tout cela pour justifier une faculté des sciences de l'éducation obstinée à faire croire qu'elle est la vérité absolue, que sa pédagogie est la seule valable et que le moule "genevois" est destiné à la postérité.
Illusion et mensonges, enrobés de parti pris et de roublardise politico-académique et voilà le résultat. et dire que l'Etat cherche des économies à faire.... faut pas regarder trop loin.

Écrit par : uranus2011 | 23/11/2015

Un emplâtre sur une jambe de bois... C'est vrai qu'il y a des problèmes d'organisation, de copinage, népotisme et autres traitements inégalitaires des étudiants. Malheureusement, s'il y a un vague espoir que cette situation s'améliore dans une nouvelle structure, je n'en ai guère sur le problème de fond. Car de fond, dans cette formation, il n'y en a pas: les formateurs compétents qui s'y trouvent se comptent sur les doigts d'une main et sont noyés dans la masse des dogmatiques imbéciles qui n'ont jamais enseigné au niveau secondaire, et sont incapables de proposer des cours de qualités à des adultes (sans même parler de les considérer comme tels).

On peut déjà deviner ce qui va se passer: au mieux, on déplacera la fange de l'ancienne écurie dans la nouvelle...

Écrit par : mister G | 24/11/2015

Merci pour les commentaires à Uranus et Mister G, vous saisissez bien le problème.

Mais partir en guerre contre ce monstre d'idéologie et d'incompétence qui fait partie du problème et non de la solution de l'école sur le seul rapport de la CdC c'est s'exposer à n'obtenir que du rafistolage cosmétique. Il faut à Genève un regard extérieur, c'est pourquoi ma motion le demande.
Ceci dit, rien n'est joué, c'est vrai, mais je marque des points et j'ai tout mon temps pour gagner.

Écrit par : Jean Romain | 24/11/2015

Les commentaires sont fermés.