24/11/2015

Offrez-vous un véritable trésor

Avez-vous déjà entendu parler du Geldermalsen, ce bateau qui a coulé en 1752?

Ne vous semble-t-il pas fascinant qu'une poterie de près de 2500 ans puissent traverser les millénaires et nous parvenir INTACTE?

Connaissez-vous, par ces temps troublés, l'existence de ce cavalier de la paix?

Faites-vous plaisir et faites le plein de cadeaux pour Noël...

Via la prochaine vente aux enchères de la maison "Genève enchères" je vous invite aujourd'hui à faire un voyage parmi une multitude d'œuvres d'art dont vous pouvez découvrir le descriptif et la photo, en suivant le lien suivant

catalogue vente

Plus particulièrement trois d'entre eux, des petits trésors.

nanking 2.jpg

La porcelaine "Nanking Cargo"

C’est en 1746 que débute la construction du Geldermalsen, un splendide bateau de la Compagnie des Indes Orientales mesurant 42 mètres de long. Il fait alors partie de la flotte de ce qui est la première société par actions, devenue ensuite une multinationale surpuissante depuis sa création en 1602 et qui contribue à la magnifique prospérité économique des Pays-Bas aux XVII et XVIIIe siècles. Les amarres sont enfin levées en aout 1748. Après plusieurs escales qui le mène de Batavia (Jakarta), siège de la Compagnie dans les Indes néerlandaises, à Canton, il en repart, chargé d'une riche cargaison le 21 juillet 1751, en direction d’Amsterdam. Le lundi 3 janvier 1752, à 15h30, le capitaine Morel pense avoir dépassé les récifs de Geldria et ordonne de poursuivre vers le sud. La mer est calme, le ciel clément et les vents propices. Pourtant ce soir-là, vers 19h, dans un bruit étourdissant, le bateau se fracasse sur les rochers et finit par couler en mer de Chine avec son chargement de textiles, d’épices, de café, de thé, d’or et de porcelaine. Sur les 112 hommes à bord, seuls 32 échapperont à la mort en trouvant place sur des canots de sauvetage.

 L’épave demeure alors pendant 233 ans au fond de l’eau. C’est en 1985 que, lors d'une plongée sous-marine, le capitaine Michael Hatcher et le suisse Max de Rham découvrent, le cœur battant, ce trésor englouti émergeant de la vase au milieu des poissons! Des milliers de porcelaines intactes, témoignages uniques de la prestigieuse histoire du commerce entre Occident et Orient.

nanking.jpg

Une vente mémorable a eu lieu chez Christie’s Amsterdam l’année suivante, permettant aux collectionneurs du monde entier d’acquérir des pièces de ce qui est nommée alors, d’après les appellations du XVIIIe, la porcelaine d’exportation Nanking Cargo.

Genève Enchères est heureuse de pouvoir vous présenter aujourd’hui plusieurs centaines de pièces de cette cargaison mythique.

 

 

 

 

Collection d’archéologie Amédée Julien-Aubert

C’est entre 1802 et 1810, en Italie méridionale, que Amédée Julien constitue sa collection d’antiques...à l’époque où commençaient précisément les fouilles systématiques de Pompéi et celles de la nécropole de Ruvo.

Les pièces de la collection sont ramenées à Genève en octobre 1811, après d’interminables démarches administratives. Elles sont restées depuis, par descendance, dans la même famille.

La collection proposée à la vente est importante tant par la qualité des pièces qui la constituent que par son caractère historique unique.

741-1-181x181.jpg

Pour exemple, ce Cratère en cloche aux figures rouges, de Lucanie, datant du Ve-début IVe s av. JC

Les professeurs A.D. Trendall et J. Chamay attribuent ce vase au peintre de Creusa (Creuse), ainsi nommé d’après un cratère au Louvre qui lui est attribué et qui représente Creuse, l’épouse du roi de Corinthe, recevant le cadeau empoisonné de la magicienne Médée.

 

 

 

920-5-121x181.jpg

Il Giovane Cavaliere Della Pace

Une œuvre est certainement majeure lorsqu’elle est l’expression de l’esprit de son époque. Le Jeune Cavalier de la Paix de Venanzo Crocetti (1913-2003) est une statue d’une exceptionnelle qualité plastique mais elle est également la représentation formelle du souffle d’espérance de cette fin des années 1980. Venanzo Crocetti est un artiste à la renommée acquise lorsqu’il dessine les premières études pour cette œuvre en 1986. Dès 1934, il est exposé à la Biennale d’Art Moderne de Venise, qui lui consacre une exposition personnelle en 1937. En 1949, il gagne le concours international pour les portes en bronze de la basilique Saint-Pierre du Vatican, terminées et inaugurées en 1964. Il enseigne la sculpture dans les académies de Venise, Florence et Rome. Ces œuvres sont alors mondialement exposées aussi bien en Europe qu’en Asie et particulièrement au Japon.

Ce "Cavalier de la Paix" a son histoire. L'œuvre est créée en pleine Perestroïka et volontairement terminée par l’auteur pour une date historique: le jour anniversaire du lancement de la bombe atomique sur Hiroshima, en 1989; année qui voit aussi la chute du mur de Berlin.

Boris Piotrovski, directeur du prestigieux musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg est enthousiasmé par ce travail. Il lui propose alors d’organiser une exposition en Russie.

Cavalier Paix Crocetti ONU New York.jpg

 

C’est le début d’un long voyage que le cavalier fera tout autour du monde, pour transmettre son message de paix :

juillet-aout 1989 au musée d’art contemporain d’Hiroshima, octobre/novembre

1989 au siège des Nations Unies à New-York, au printemps 1990 au musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg, en été à la galerie Tretiacov à Moscou.

Cavalier Paix Crocetti Strasbourg.jpg

Au début de l’année 1991 il est devant le parlement européen à Strasbourg, en mai au Musée d’Art Contemporain de Budapest. Enfin il arrive à Genève où il fait halte jusqu’à aujourd’hui dans le parc d’une collection privée à Cologny. Rompant avec la tradition de la statue équestre, dédiée depuis l’antiquité aux honneurs de la guerre, Crocetti donne a ce type traditionnel de la statuaire une nouvelle signification pour un nouveau monde. Le jeune adolescent qui rappelle les David victorieux de la Renaissance, n’est plus le vainqueur de la bataille, mais le porteur au visage serein et souriant d’une branche d’olivier. Si la forme suit la tradition classique, l’iconographie la révolutionne complètement.

 

Ce message délivré par l’œuvre n’a rien perdu de sa force aujourd’hui : les rênes détendues par le cavalier n’offrent au cheval qu’une pause, et tous deux savent que, plus que jamais, il est temps de reprendre la route pour pérenniser leur message.

 

 

 

 

 

 

22:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.