14/12/2015

Les dirlos font une crise

crise.jpg

Vous avez sans doute tous déjà vécu cette scène...

Vous savez, ce gosse insupportable qui hurle à tue tête dans le magasin parce qu'il réclame une sucrerie que sa mère lui refuse...

Aujourd'hui, ce sont nos directeurs d'établissement primaire qui jouent aux enfants gâtés.

Alors qu'il est demandé à toute la fonction publique, particulièrement aux enseignants..., de faire un effort afin de rétablir au mieux une dette inquiétante, voilà que des cadres supérieurs du DIP font la fine bouche et saisissent la justice afin de tenter de préserver leurs privilèges.

"Comment! Nous, directeurs d'école, on ose nous demander de prendre en charge quelques petites heures d'enseignement, par exemple une partie de celles consacrées à l'aide aux élèves en difficulté scolaire! Vous rêvez, impossible, nous somme déjà "overbookés"..."!

Et de feindre la surprise...

Cette décision d'inscrire dans la loi le fait que les directeurs sont tenus d'enseigner partiellement n'est pourtant pas tombée du ciel. Il y a belle lurette qu'on en cause et que ces braves directeurs ont eu toutes les possibilités de faire valoir leur point de vue. Ils ont été largement auditionnés lors de la commission qui a planché sur le sujet (motion 2100) et n'ont pas réussi à convaincre les députés. Une motion qui, malgré leurs larmoiements, a été acceptée par le Grand Conseil et dont il a été tenu compte dans la récente loi sur l'instruction publique (LIP), elle aussi votée par nos députés.

Une démarche qui s'est faite dans les règles de l'art, de manière tout à fait démocratique.

Mais, voilà, quand on jouit de trop de bien-être, on ne l'entend pas de cette oreille.

Ainsi, de manière curieuse, ces directeurs, enfants gâtés, en appellent à la justice et tentent le coup du vice de forme. C'est ce que nous apprend la TdG du jour.

Allons donc les enfants, cessez cette crise ridicule. Ce n'est pas ainsi que ça se passe. Une loi est une loi et si ces messieurs dames désirent y revenir, le seul moyen auquel ils pourraient recourir porte un nom: référendum. Seulement, ils le savent très bien, non seulement il leur faudrait trouver suffisamment de signatures qui les soutiennent (ce qui est loin d'être certain...) mais un référendum ne peut porter que sur l'ensemble de la LIP et non sur un seul point de celle-ci. Ce qui les gêne profondément. Il leur a donc fallu trouver une autre échappatoire...inédite et cocasse!

Il est d'ailleurs intéressant de voir comment cette situation sera gérée. Le Grand Conseil attaqué en justice par des cadres de l'Etat, défendus par deux avocats...

En fait, on vit une époque formidable tant on est en train de "judiciariser" le fonctionnement de la République.

Comment, en haut lieu, réagira-t-on à cette situation jamais vue à ma connaissance...

Maman tiendra-t-elle bon en faisant preuve d'autorité ou, au contraire, face aux hurlements du sale gamin, cédera-t-elle au caprice de son rejeton...?

 

20:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Alors, "dirlo "...on fait preuve d'un peu de courage? Pas envie de voir votre commentaire publié?

Écrit par : Duval | 14/12/2015

Je croyais qu'enseigner était une vocation. Ils de devraient être heureux de pouvoir s'y consacrer quelques heures par jour et ainsi se soustraire à la charge de travail administratif qui les écrase quotidiennement.

Écrit par : norbert maendly | 14/12/2015

Et retombe alors le soufflet et de disparaître cet argument si souvent entendu que le bien-être des élèves, la qualité du support pédagogique était La priorité absolue !En fait c'est surtout le maintien des privilèges personnels qui sont leur motivation première. Triste mais tellement prévisible que cela en devient pathétique. Ils ne vivent plus dans le monde réel.

Écrit par : uranus2011 | 15/12/2015

Les commentaires sont fermés.