19/12/2015

Le coup de griffe aux directeurs de Pascal Décaillet

Décaillet.jpg

 

Pour faire suite à mes précédents billets sur la question des directeurs d'établissement, je me permets de vous livrer ici, le coup de griffe de Monsieur Pascal Décaillet, paru dans le GHI de cette semaine.

 

Dans la série « on aura tout vu », l’épisode des directeurs d’écoles primaires, à Genève, qui attaquent en justice une décision du Grand Conseil, n’est pas loin de marquer  un record. Le Parlement cantonal avait récemment décidé d’imposer à ces directeurs quelques heures d’enseignement. Or, la Tribune de Genève nous annonçait, lundi 14 décembre, que ces derniers, regroupés en association, et aidés de deux excellents avocats, Mes Thomas Barth et Romain Jordan, saisissaient la Cour constitutionnelle pour demander l’annulation de l’article. Chacun, dans notre République, a le droit de défendre ses intérêts. Mais attaquer par voie judiciaire une décision des élus du peuple, alors qu’il existe la voie politique du référendum, ne renforce pas le crédit de notre système institutionnel. En politique, le meilleur juge, c’est le corps électoral.

 

16:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ces directeurs n'ont aucune pudeur, ni fierté... en plus aucune culture politique. Juste minables.

Écrit par : uranus2011 | 19/12/2015

Les commentaires sont fermés.