24/12/2015

Anne Emery Torracinta fait des cadeaux de Noël...

mere-noel.jpg

 

Je ne sais pas si Madame la Présidente du DIP connaît le jeu des "échecs" mais ce qui est certain c'est que, pour ces fêtes de fin d'année sa diagonale du fou fait des ravages...finement joué!

Difficile pour les enseignants de répondre à ce coup porté.

 

On apprend en effet, via le site de la TdG, que les enseignants grévistes seront ponctionnés sur les heures de cours manquées mais aussi sur le temps hors présence d’élèves.
Prétendument des privilégiés qui ne travaillent que quelques 28 heures par semaine, les enseignants se défendent en général en argumentant que toutes ces heures d'enseignement nécessitent des heures de préparation et ensuite de correction. De ce fait, ils travaillent pendant 40 ou 42 heures par semaine, comme tout fonctionnaire.

Voilà que cet argument leur revient comme une gifle en pleine figure... Dans le soi-disant but de parvenir à une équité de traitement entre tous les fonctionnaires, enseignants comme personnel administratif et technique, Madame Anne Emery Torracinta a décidé, tout récemment, de modifier les modalités de calcul des retenues de salaires des maîtres en cas de grève.

Jusqu'à maintenant, la retenue de salaire des professeurs grévistes était calculée de manière individualisée, en regard de la classe salariale et des annuités de chacun. La durée de la grève correspondait au temps en présence d’élèves qui n’a pas été travaillé. Soit une retenue de salaire sur six heures pour une journée d’enseignement à plein-temps. Mais c’est terminé: dès le 1er janvier, la retenue sera aussi effective sur le temps hors présence d’élèves. Soit le temps dédié à la préparation des cours, des corrections d’épreuves, etc. Au Cycle par exemple, un maître enseigne 24 périodes hebdomadaires pour un travail effectif de 40 h. Une journée de 6 périodes débrayée équivaut désormais à 11 heures de retenue salariale (les 6 périodes de 45 minutes plus le temps hors présence d’élèves).

La polémique va bon train, les commentaires nombreux fusent déjà...

Au lendemain du dépôt du référendum contre le "Personal stop", voilà une décision qui va faire du bruit et qui nous promet de belles envolées...

 

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

 

 

13:32 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

J'ai l'impression que dans cette affaire c'est l'égalité de traitement entre tous les secteurs de la fonction publique. Et rien d'autre

Écrit par : Jean Romain | 24/12/2015

Bravo Anne !

Écrit par : norbert maendly | 24/12/2015

Egalité de traitement ... n'est-ce pas un des slogans les plus fréquemment utilisés ?Je pense que les associations représentatives du personnel ne représentent plus qu'un minorité, accrochée à un statut , visant le maintien du statu quo et incapables de proposer tout changement s'adaptant aux nouvelles donnes. Cette décision n'est que justice et il est bizarre qu'il ait fallu attendre jusqu'à aujourd'hui.

Écrit par : uranus2011 | 25/12/2015

Les enseignants apprennent aux élèves qu'ils vont devoir changer de métier au cours de leur vie, vivre avec de gens issus d'autres cultures, changer d'habitudes face au réchauffement climatique etc... bref qu'ils devront s'adapter. Alors qu'eux ne veulent rien changer à leurs habitudes surtout en matière salariale. Et pourtant l'Etat lui aussi doit s'adapter à des fiances de plus en plus mauvaises.

Écrit par : norbert maendly | 25/12/2015

Les commentaires sont fermés.