23/01/2016

Quel honneur!

melon.jpg

Je connais un blogueur, directeur d'établissement primaire, qui ne manque pas de souffle...

Il prend la peine de rédiger tout un billet, posté sur son blog, dont le développement est entièrement basé sur une information erronée. Ce qu'il sait parfaitement mais ne le retient pas. Selon lui, l'article 59 de la LIP, celui qui oblige les directeurs à consacrer une partie de leur temps à l'enseignement, serait entré en vigueur le 1er janvier 2016 si son association (AGDEP) n'avait pas déposé un recours avec effet suspensif auprès de la Chambre constitutionnelle.

Soit.

Confronté à son "erreur", preuve à l'appui, en lui rappelant le document officiel que la Chambre constitutionnelle a pris soin de lui communiquer qui mentionne très clairement que: ..."La demande d'effet suspensif était devenue formellement sans objet avec l'adoption de l'arrêté du Conseil d'Etat du 16 décembre 2015. Elle l'était déjà auparavant, puisque ...la Conseillère d'Etat en charge du DIP avait formellement informé l'AGDEP que l'article 59 ne serait appliqué qu'à partir de la rentrée 2016"... on pourrait dès lors s'attendre à une réponse sur ce point précis de la part du dit blogueur... que nenni!

Celui-ci choisit de se terrer dans le silence! Etrange. Serait-ce qu'il applique le dicton "Qui ne dit mot consent"?

Par contre, se sentant peut-être ainsi soutenu, il préfère ouvrir toute grande la porte de son blog aux commentateurs masqués qu'on croise trop fréquemment au détour de tel ou tel blog. Ces lâches qui, sous le couvert de leur anonymat, se sentent tout permis et qui, alors, déversent si facilement leur fiel, leur malhonnêteté, leurs insultes "courageuses". Pour eux, peu importe le sujet traité par l'auteur du billet, seul compte l'injure gratuite.

Ceci dit, je me demande si je ne vais pas m'acheter un chapeau melon. Parce que, l'air de rien, tous ces gens m'accordent une sacrée importance. A les lire, je serais, moi, le grand responsable de cette LIP et surtout de cet article 59... Eh bien, je ne savais pas que j'avais une telle influence sur les députés élus du Grand Conseil!

Car, c'est quand même eux qui se sont longuement penchés sur le sujet, qui ont débattu et auditionné moult personnes lors de nombreuses séances de commission...pour enfin voter cette loi et cet article en plénière. Ce que, oui, bien sûr, j'approuve pleinement, mais quand même, je me dis que, dans cette histoire, bien des députés concernés doivent se sentir un peu frustrés ainsi dépouillés de leur responsabilité.

Mais bon, après tout, je prends et remercie chaleureusement tous ces gens, le blogueur et ses comparses commentateurs, pour le rôle très flatteur dont ils m'honorent.

 

17:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Moi je suis d'accord avec eux... c'est bien un certain AD qui tire les ficelles de tout ce parlement! Et il a l'audace de demander que les directeurs travaillent encore davantage, les pauvres¨.

Écrit par : Girardet | 23/01/2016

Ich bin der Geist, der stets verneint!
Cet AD est le Méfisto du Parlement, celui qui murmure à l'oreille des députés !

Écrit par : Jean Romain | 23/01/2016

C'est Arielle Dombasle ou quoi ?

Écrit par : norbert maendly | 24/01/2016

Les commentaires sont fermés.