10/02/2016

Gymnastique à l'école, y a-t-il discrimination entre les filles et les garçons?

joging.jpg

Le député Jean Romain vient de présenter une question urgente écrite qui, au vu de l'actualité, laisse songeur. Je vous laisse en prendre connaissance:

Question urgente écrite

Pourquoi les cours d’endurance de l’Ecole André-Chavanne pour les jeunes filles ne sont-ils pas dispensés à l’extérieur au même titre que ceux réservés aux garçons ?

 

On se rappelle l’affaire de 2009 : des collégiennes qui couraient jambes nues sur la piste d’athlétisme de l’Ecole André-Chavanne avaient été prises à partie par un groupe de fidèles musulmans qui sortaient de la mosquée. Ce fut un tollé général.

Aujourd’hui, on apprend que les cours d’endurance pour étudiantes sont plutôt dispensés à l’intérieur. L’endurance à l’intérieur, en ce qui concerne la course, semble mal adaptée, de l’aveu même des profs de sport. On peine à croire, par ailleurs, que les filles aiment moins courir que les garçons. Que l’école se règle sur les desiderata des élèves est une constante de l’école genevoise, mais est-ce une demande des jeunes filles en l’occurrence ?

Les statistiques pour cette école sont parlantes : les garçons se sont rendus sur la piste d’athlétisme 80% du temps, contre seulement 25% pour les filles le vendredi après-midi.

Attaché à la laïcité et à l’égalité, je m’interroge.

 

Mes questions sont les suivantes :

1.       L’affaire de 2009 est-elle réglée une fois pour toutes ?

2.       N’existe-t-il pas une forme d’autocensure préventive de la part des profs ou de l’école, qui craignent de jeter de l’huile sur le feu ?

3.       Faut-il supposer une intervention officieuse du voisinage ?

 

10:25 | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook

Commentaires

Cette demande n'aura aucun succès, tant les politiciens genevois (comme ceux de toute l'Europe, il faut bien le reconnaître) sont devenus les otages d'une omerta sur les "faits religieux" qui ne relèvent pas de la simple auto-congratulation du "vivre ensemble" de façade.

Écrit par : Mère-Grand | 10/02/2016

Pour se plier ... alors allons jusqu'au bout : qu'elles courent en burka !

Écrit par : uranus2011 | 11/02/2016

La question posée par le député en question est fort pertinente.
Alors qu'un silence assourdissant avait eu lieu lors de cette affaire : ni le Conseil d'Etat, ni le Conseillé en charge du DIP d'alors, ni les associations diverses et variées, se disant tous défenseurs des droits des femmes, n'ont soulevé le moindre petit doigt pour relever ces faits gravissimes..

Tous ce beau monde s'est contenté d'une lettre " d'excuses" de la part des ces "braves" musulmans hostiles à la présence des jeunes filles en tenue sportive sur leur terrain attenant à l'école.

Et voilà, ce que ces sinistres intolérants voulaient in fine se réalise : plus de cours de gymnastique en plein air pour les jeunes filles de l'école André-Chavanne. Ce dernier doit s'en retourner dans sa tombe...

Écrit par : Exprof | 11/02/2016

et séparer élèves & profs par sexes dans les classes, c'est pour quand??

mais à qui donc obéit l'instruction publique d' Anne-Emery Torracinta ?
où rue son cheval de bataille :
- soutenir les handicapés (le sexe faible) combattre les discriminations, lutter contre le harcèlement

Écrit par : divergente | 11/02/2016

Doyen au CEC André-Chavanne, j'affirme qu'il n'y a pas de discrimination filles/garçons en ce qui concerne les cours de gymnastique. Non, les filles ne sont pas obligées de rester en salle le vendredi. Il n'y a jamais eu de directives de la direction dans ce sens, bien au contraire: après l'affaire de 2009, la direction a insisté pour que les enseignantes et enseignants concernés ne fassent aucune différence entre classes de filles ou garçons, et que toutes les classes sortent si la météo le permet.

Dans la réalité, les choses sont peut-être un peu différentes. Il faut savoir que chaque vendredi de très nombreux fidèles musulmans utilisent le grand parking situé derrière les bâtiments de Chavanne, et se rendent à la mosquée en traversant nos terrains de sport. La quasi totalité de ces fidèles sont des hommes, dont beaucoup sont pour l'occasion en djellaba. Il est indéniable que les filles, et peut-être les enseignantes, se sentent regardées et observées, et en soient gênées, autant que ceux qui les auscultent en allant et en revenant de la mosquée. Voilà aussi pourquoi l'inénarrable Ouardiri suggérait sans rire de planter des haies et des arbustes afin de cacher aux musulmans ces dévergondées à moitié nues. Encore heureux que les pouvoirs publics n'aient pas suivi ce conseil.

La solution est simple: il faudrait obliger les fidèles musulmans d'utiliser la voie publique comme tout le monde, chemin des Coudriers puis avenue Colladon, qui les mène droit à la mosquée, au lieu de traverser nos terrains de sport. C'est seulement 3 minutes de marche en plus depuis le parking...

Écrit par : Christian | 11/02/2016

Alors, cela signifie que des fidèles musulmans traversent les installations de l'Etat, et que l'Etat parce qu'il ne veut pas énergiquement intervenir sur un point qui semble pourtant pas très complexe de prime abord, préfère ne rien dire et réduire ses possibilités d'utiliser ses propres installations. En défaveur des filles.

Christian dit que la solution est simple. Que ne la prend-on alors ?

Écrit par : Jean Romain | 11/02/2016

"l'inénarrable Ouardiri"
L'homme du "vivre ensemble selon mes propres lois".

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2016

La solution de Christian n'en est évidemment pas une pour une raison qui elle est très simple à comprendre. Ces messieurs ne louperaient pour rien au monde ce spectacle gratuit. Je compatis.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/02/2016

inadmissible: Suprématie de fidèles musulmans entretenue aux dépends + à l'encontre des élèves et enseignants

Merci de nous en informer.

quel est ce règlement (municipal?) qui
- réserve une priorité d'usage d'espaces publics à "fidèles musulmans de mosquées"
- contre une restriction de liberté d'instruction des élèves & enseignants
- contrevenant au principe de laïcité constitutionnel.


quels sont ces responsables (au DIP?) qui décident en catimini
d'autoriser l'usage prioritaire de terrains scolaires
à "fidèles musulmans" de mosquées voisines

Écrit par : divergente | 11/02/2016

Christian a raison: reste à mobiliser et pétitionner, élèves, enseignants et riverains

Faut obliger la commune à appliquer et respecter lois + constitution,
à mettre fin au plus vite au passage des "fidèles",

Aux élèves de ne pas se laisser faire, prenez et occupez le terrain dès qu'il fait beau, exigez une sécurité policière !

Mesdames les enseignantes, prenez l'air et l'espace avec vos élèves, au lieu de vous replier

Écrit par : divergente | 11/02/2016

On sait très bien que si les fauteurs de trouble n'étaient pas musulmans des patrouilles de police auraient très rapidement veillé à faire respecter les lois sur le harcèlement et le voyeurisme près de cette école.

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2016

J'ai travaillé de 1988 à 2007 à la Maison de Retraite du Petit-Saconnex dont le parc qui est situé entre l'avenue Trembley, le chemin des Crêts et le chemin Colladon, est contigu à l'ESC André Chavanne. Dès le milieu des années 90 les problèmes ont commencé avec la mosquée pour l'esc mais aussi pour nous. Les vendredis étaient épouvantables. Notre DG qui était ami avec Jean-Daniel Payot, Directeur de l'esc André Chavanne, a vraiment essayé d'arranger les choses avec Ouardiri, mais c'était insoluble car ses ouailles ne respectaient rien. Notre résidence Colladon (150 personnes âgées), située en bas du chemin Colladon était envahie tous les vendredis par les gars qui venaient prier à la mosquée, ils se parquaient n'importe ou, bloquaient les entrées de la résidence, les trottoirs, les plates bandes, l'entrée ambulance et l'entrée du garage souterrain. Ils étaient très agressifs, irrespectueux et nos résidants en avaient peur. Très vite quand l'ESC a ouvert, les filles qui faisaient la gym à l'extérieur, en face de la mosquée, se sont faites insulter et menacer. Ouardiri avait demandé à JD Payot que les filles ne fassent plus la gym à l'extérieur ou soient habillée en training avec manches et jambes longues pour préserver la sensibilité des musulmans en ces vendredis de prière.....Tous les vendredis la gendarmerie et la police municipale venaient sur place, mais une grande partie de ces gens avaient des cartes/plaques CD , les autorités ne pouvaient donc rien faire. On a subit ça pendant des années sans jamais arriver à leur faire comprendre que vivant en suisse, c'était à eux de s'adapter et de nous respecter...

Écrit par : corinne strohheker | 12/02/2016

La grande religion de paix indispose les jeunes et les vieux.

Écrit par : Jean Romain | 12/02/2016

@El captain et les autres
Je publie volontiers les commentaires de chacun à la seule condition que le commentateur se plie à la règle fixée sur ce blog:
Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.
Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.
De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

Écrit par : Duval | 12/02/2016

"ses ouailles ne respectaient rien"
Vous décrivez bien la situation. Ce sont des gens qui se sentent en mission de conquête des terres accaparées par les "infidèles". Ils ne respectent rien, mais se plient devant une force supérieures si c'est nécessaire à leur entreprise. Tout le reste n'est que gesticulation et comédie pour berner les idiots utiles du Christianisme et des autres religions.

Écrit par : Mère-Grand | 12/02/2016

je suggère que le Philosophe d'Arlistote propose au Grand Conseil , que dorénavant les "Sprint " pour jeunes filles soient organisées devant le palais de Justice , les jours d'audience du P.G.

Écrit par : briand | 12/02/2016

@briand
Je publie votre commentaire pourtant totalement déplacé...mais c'est bien parce que, depuis le temps, je vous ai cerné et je sais donc à qui on a affaire. A bon entendeur...

Écrit par : Duval | 12/02/2016

Ce pauvre briand est d'une bêtise telle qu'on ne sait plus où regarder : chaque fois qu'on croise un regard on éclate de rire. C'est même le fou rire.

Écrit par : Jean Romain | 12/02/2016

Monsieur Romain,peut-on, en tant que citoyens, écrire aux députés genevois un courrier allant dans le même sens que le vôtre et EXIGER des réponses claires?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 16/02/2016

M. Vuilliomenet, vous pouvez écrire aux députés, mais ils ne pourront pas, eux, apporter une réponse claire. C'est l'exécutif qui devrait répondre clairement à ma question. Je ne peux pas préjuger de cette réponse, mais le DIP noie souvent le poisson. Comme les journaux en ont parlé, ils attendent aussi la réponse du DIP.

Écrit par : Jean Romain | 16/02/2016

Bonjour,
Je me rends compte, avec beaucoup de déplaisir, que vous avez des hommes politiques du même acabit que chez moi, en France.
Tout ça pour plier le genou devant un truc qui n'est même pas une religion, inventé de toutes pièces par un Bédouin illettré, assassin et pédophile de surcroît !
Pauvre France... mais aussi pauvre Suisse !

Écrit par : Guy Poursin | 17/02/2016

Si des Simone de Beauvoir, Simone Veil, Yvette Roudy ou Me G. Halimi avaient en leur temps dénoncé ce qui se lit en ces commentaires aurait-on un instant songé à traiter ces féministes de racistes ou d'islamophobes?

Prétendre se vouloir intégrer en nos pays est-ce compatible avec la réelle prise d'otage à laquelle nous assistons?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/02/2016

Les commentaires sont fermés.