18/03/2016

Petites infos amusantes

palais.jpg

1. Pour que les directeurs d'établissement primaire consacrent une partie de leur temps à l'enseignement

J'étais hier au palais de justice afin d'assister à l'audience demandée par les directeurs d'établissement primaire au sujet de leur recours auprès de la Chambre constitutionnelle.

Trente directeurs au Palais de justice

Un grand moment! Pensez, plus de trente directeurs...C'était pourtant à 11h30...et Mme la directrice ose prétendre " «Comme ça, on ne pourra pas dire qu’on est venu se défendre au Palais de justice durant nos heures de travail»!

Ah bon? Pour être à 11h20 devant la salle d'audience...Moi qui croyais d'ailleurs que ces directeurs étaient "overbookés"!

Ce que leurs avocats ont tenté de prouver en s'efforçant de "grossir" leur cahier des charge en énumérant une longue liste de leur soi-disant tâches directoriales...

Les enseignants apprécieront d'ailleurs d'apprendre que, par exemple, ce sont leur directeur qui reçoit les parents, organise les sorties, gère leurs vacances, gère les conflits de leurs élèves, etc.

 

2. Des évacoms "pipées"

J'apprends que les élèves de 11ème (dernière année du CO) viennent de passer leur épreuve cantonale (évacom) de math...

Il se trouve que très exactement la moitié des questions de cette épreuve étaient tirées, au chiffre près, de celle de l'année passée! ce qui représente 27 points sur 54...

Hum! On est en droit de se poser la question du sérieux de telles évaluations...

 

 

09:13 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Peut- on avoir des précisions sur ces évacoms ?

Écrit par : Jean Romain | 18/03/2016

En suivant le raisonnement de ces directeurs on peut arriver à deux conclusions majeures : 1) une foi nommé directeur, on coupe tout lien avec l'enseignement, donc on est ipso facto directeur à vie. Comment serait-il tolérable qu'un enseignant se remette à enseigner après plusieurs années hors classe ?
2) si la fonction directoriale est foncièrement coupée de celle de l'enseignement, alors pourquoi ne pas nommer des directeurs "hors-enseignement", sorte de managers issus du privé qui appliquerait à la fonction directoriale des préceptes appliqués dans le privé ? (tonton .... pourquoi tu tousses ?)
Leur démarche est tout simplement risible et parfaitement incompréhensible. Elle est le reflet d'un mentalité inadaptée à la modernité. Le monde change, tout bouge, sauf la mentalité de certains, dommage !

Écrit par : uranus2011 | 18/03/2016

Et si comme tout prof un peu sérieux il y en a qui ont donné l'épreuve de l'année passée en exercice, ça va permettre à Genève de cartonner au niveau des résultats!
Quand je pense aux heures prétendument passées par ces têtes pensantes pour trouver et rédiger de nouveaux exercices, je verse!

Écrit par : Marianne | 18/03/2016

Je confirme l'exactitude des informations.
27 points / 54 points sont obtenus sur des exercices strictement identiques à ceux de l'année dernière.
Les arguments donnés sont fallacieux : pouvoir faire des comparaisons statistiques plus fiables d'une année sur l'autre avec des exercices identiques !!!
Je parie que les élèves de cette année seront meilleurs que ceux de l'année dernière et je peux même dire sur quelles notions.

On se moque du monde.

Pour l’anecdote, une élève de 11ème m'a indiqué jeudi qu'elle avait trouvé l'EVACOM de l'année dernière sur les réseaux sociaux et qu'elle l'avait faite la veille du passage de celle de cette année pour s’entraîner.
Elle était, je cite, "hallucinée" de retrouver les même exercices.

Quoi dire ?

Écrit par : Prof CO | 18/03/2016

Les commentaires sont fermés.