04/04/2016

Serrons-nous la main

se-serrer-la-main-22698493.jpg

Chaque matin, j'avais l'habitude de "passer en revue" mes élèves.

Ainsi, j'appréciais de me tenir à l'entrée de la classe et de serrer la main de chacun d'eux avant qu'il ne regagne sa place...

Une prise de contact, au premier sens du terme.

Question de politesse, se dire bonjour, bien commencer la journée.

Cela me permettait également d'estimer l'état de forme, moral comme physique, de celui-ci, de voir à quel point il était réveillé, de rappeler à celui-là de retirer sa casquette ou baisser les jambières de son training, à celle-ci d'éviter ce "top" et cacher son petit ventre trop apparent.

Bref, autant de détails qui permettent d'observer les règles de la bienséance. Enfin, celle qui est la nôtre dans ce pays.

Mais voilà que dorénavant, certains élèves pourront refuser de se plier à cette pratique inadéquate selon leurs vues. Ou plutôt, pour être précis, certains élèves mâles pourront refuser de serrer la main à leur....enseignante!

Et les responsables scolaires comme politiques de déclarer: "C'est difficile lorsque quelqu'un ne veut pas adopter notre mode de vie".

Nous y voilà! Adopter le mode de vie de l'endroit où l'on se trouve.

Le bon sens même...

Car, je serais curieux de voir ce qui se passerait si ce touriste ne se pliait pas aux lois en vigueur lorsqu'il visite la Grande Mosquée en gardant ses chaussures aux pieds. Ou ce qu'il adviendrait de cette femme si elle osait déambuler dans les rues de Téhéran sans couvrir ses cheveux.

Oui, oui, respectons les mœurs, les coutumes religieuses de chacun. Si seulement ça pouvait être de manière réciproque...

 

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

 

 

18:56 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

"C'est difficile lorsque quelqu'un ne veut pas adopter notre mode de vie".
Une des excuses les plus lamentables que des adultes "responsables" peuvent avancer pour se défiler. Pourquoi ne pas dispenser les élèves des maths et de l'allemand, qui sont "difficiles" aussi pour nos élèves. Il est vrai qu'il ne s'agit pas, en l'occurrence d'une minorité (certaines minorités, pas toutes, sont l'objet de tous les soins de la part de nos politiques et de leurs sous-fifres), mais d'une majorité et, tare supplémentaire, souvent suisses.

Écrit par : Mère-Grand | 04/04/2016

Le fait de ne pas serrer la main de son enseignant et une preuve d'ignorance et de sectarisme. Si le corps enseignant accepte cela il se rend complice de l’obscurantisme et et du rejet de l'autre. L'école forme les citoyens de demain si elle failli à sa mission c'est toute la société qui va se décomposer. La lâcheté de certains enseignants est symptomatique de ce qui se passe au niveau politique. La soumission à un islam toujours plus insistant va anéantir deux cents ans d'évolution sociétale.

Écrit par : norbert maendly | 05/04/2016

Un petit geste à la grande signification.
On apprend tout d'abord à le faire...et on en comprend plus tard les significations!

Chez moi aussi cette salutation du matin était un rituel incontournable!

Il était d'ailleurs traditionnellement répété au moment de la séparation du soir! C'était pour moi le moment de percevoir dans le regard de mon élève s'il subsistait un contentieux, une affaire non réglée, un soucis non partagé! ce qui méritait une attention particulière pour éviter les incompréhensions. Bref, un court échange "physique" sur la qualité du courant qui passe ou pas.

Ce geste de paix est rempli de sens profond qui touche au respect, à la soumission à la reconnaissance de l'autre, tout à l'opposé du salut avec le bras tendu !

Si on a abandonné la révérence exigée par les filles, c'est probablement pour renoncer à une démonstration sexiste de la soumission de la femme. L'égalité manifestée par le même salut en renforce son sens. Nos us et coutumes l'imposent aux uns et aux autres sans distinction de genre, de religion, de rang social ou d'âge, comme une annonce universelle du salut.

L'intégration du nouvel arrivant commence par ce petit geste qui démontre les bonnes intentions d'embrasser finalement l'ensemble des us et coutume du pays hôte.

Écrit par : Girardet | 05/04/2016

Comme le disait Ambroise de Milan au 4e siècle déjà:

"si fueris Romae, Romano vivito more; si fueris alibi, vivito sicut ibi"

"à Rome, fais comme les romains; ..."

Dans l'émission "forum" d'hier (voir lien ci-dessous), M. Hamdaoui faisait remarquer qu'en cédant à une requête d'apparence anodine, on ouvre une porte dans laquelle les fondamentalistes vont s'engouffrer, pour ensuite demander d'autres privilèges, et ainsi de suite, selon un agenda bien réfléchi...


http://podcast-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/forum/2016/forum_20160405_standard_developpement-2_88f69c94-d2fa-4e10-ae44-b3275b767168-128k.mp3

Écrit par : Mister G | 06/04/2016

Je pense qu'il n'est même pas nécessaire, en se serrant la main, de lire dans les pensées de ses élèves ! Il s'agit juste d'un acte de politesse en usage dans ce pays et que tous ceux qui le refuse veuillent bien quitter le territoire.

Quand pourra-t-on battre son institutrice parce que non voilée ? Le chemin n'est plus très long...

Écrit par : Michel Sommer | 06/04/2016

MS, le fondamental dans l'exigence de ces musulmans
est que le motif est religieux (salafiste/wahabite) prosélyte, et discriminatoire


- soit 2 éléments contraires à nos lois & principes constitutionnels, ce que tout responsable enseignants et élus sont censés respecter


que face aux médias ces musulmans aient décidé d'appliquer leur exigence aux 2 sexes
- ne change ni leur motif religieux, ni la discrimination de leur geste, ni leur comportement de refus d'intégration.
ni le non respect dans l'application des lois

Écrit par : divergente | 06/04/2016

Les commentaires sont fermés.