04/08/2016

Où donc passent vos impôts...

tablette.jpg

 

Suite à l'article dans la TdG du jour "Du Bic au clic: le prof à l’heure d’Internet", je me permets de publier à nouveau le billet que j'avais écrit en 2014.

 


Cinq millions pour le DIP

C'est la question à laquelle les députés devront répondre d'ici quelque temps.

On se souvient en effet qu'il était question que le DIP fournisse aux élèves des différentes écoles genevoises, tout ordre d'enseignement confondu, des tablettes numériques. Un précédent billet faisait état de cette aberration et, à sa suite, la question suivante a été posée au Conseil d'Etat par le député PLR Jean Romain:

"Quel est, par ordre d'enseignement, le coût de l'opération expérimentale mise en place, et, s'il était décidé de la généraliser, quels sont les moyens prévus pour l'équipement complet dans chaque ordre d'enseignement sachant par ailleurs que tout ce matériel devra régulièrement être remplacé (tous les 3 ou 4 ans) pour demeurer à jour"?

La réponse du Conseil d'Etat est tombée.

Au delà de sa forme sibylline à souhait, comme d'habitude, il s'agit de la décrypter...

Ainsi, on apprend que "Le Conseil d'Etat relève que l'introduction des tablettes numériques dans l'enseignement s'inscrit dans une réflexion fondée sur la plus-value, démontrée par la littérature scientifique, qu'apportent ces nouveaux moyens par rapport aux ordinateurs classiques".

La littérature scientifique, pas moins! Une affirmation sans faille! Pourtant, on se demande bien de quelle littérature il s'agit? Serait-ce le texte tiré du prospectus de publicité de l'une ou l'autre marque de tablette numérique?

Par ailleurs, on est heureux d'apprendre qu'il est prévu pour nos petits "d'utiliser des contenus d’apprentissage numérique avant même de maîtriser la lecture"

Voilà qui est génial, on salue une telle initiative...

Mais venons-en à l'aspect financier qu'impliquerait la mise en place de ce projet.

En référence aux chiffres cités dans la réponse du CE, le prix de la tablette s'élève à 500 francs. Un montant déjà étonnant lorsqu'on pense au nombre de tablettes qui seraient commandées...

Genève compte environ 1700 classes primaires et enfantines (32500 élèves à la rentrée 2013). A raison de 4 tablettes par classe, on obtient 6800 tablettes...à 500 frs/pièce, total 3.400.000 francs! Ajoutez à cela le coût de la formation qu'exige la mise en place de ce projet ("La technologie peut en effet enrichir l’enseignement et faciliter les apprentissages, pour autant que son utilisation soit encadrée par des enseignant-e-s bien formé-e-s"...) et vous arrivez sans problème à un coût d'au moins 5 millions de francs.

Soit plus de...50 postes qui pourraient servir à l'aide aux élèves en difficulté scolaire!!!

Allô quoi? Anne, allô quoi?

Dès lors, faut-il s'étonner de cette réponse du Conseil d'Etat?

Il faut savoir que, dans ce genre de situation, celui-ci fait bien évidemment appel aux services concernés pour rédiger la réponse à la question posée. En l'occurrence, le SEM (service école et média). Comment pourrait-on attendre de leur part une réponse objective sachant que l'existence de ce service est bien entendu étroitement liée au développement de l'informatique dans nos écoles. Ses responsables ne sont tout de même pas assez stupides pour scier la branche sur laquelle ils sont assis.

Un peu comme si on demandait à un pilote de chasse ce qu'il pense de l'achat du Gripen...

 

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

14:49 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Pourquoi ne pas offrir des tablettes....de chocolat? Les élèves en raffolent et cela boosterait le commerce tout en nourrissant les intermédiaires.
J'ai dit une bêtise?

Écrit par : Girardet J-F | 04/08/2016

@Girardet ,on est nombreux à poser la même question ! le chocolat lui est riche en potassium ,excellent pour le cerveau !

Écrit par : lovejoie | 05/08/2016

Monsieur Duval, j'avais déjà réagit sur votre précédent billet à ce sujet.
J'y reviens avec quelques compléments.
La tablette n'est qu'un support, devenu aujourd'hui incontournable, pour accéder au réseau et aux innombrables outils novateurs qui permettent d'acquérir du savoir.
Je balaie la question du primaire versus secondaire ou universitaire ainsi que les inquiétudes de certains sur les effets pervers de ces médias. Chaque génération a vu ses craintes fondre sur les diverses évolutions qui paraissaient si dangereuses à priori.

Je ne vous donnerai qu'un exemple parmi les milliers disponibles. Quizlet est une application très ludique et efficace pour apprendre du vocabulaire.
http://www.langues.ac-versailles.fr/spip.php?article559
Si j'avais pu bénéficier de cet outil lorsque j'ai commencé à apprendre l'allemand, ma vie aurait radicalement changé. J'étais réfractaire à l'appris par coeur et les épreuves de voc ont plombé ma moyenne.

La question de la prise en charge de cette dépense est en revanche discutable. Je ne pense pas que ce soit à l'Etat de fournir ces outils. Tout au plus pourrions-nous envisager une participation qui serait couverte par l'abandon de la fourniture des livres en format papier puisque tous les ouvrages sont dorénavant disponibles en numérique avec ses innombrables possibilité de traitement de texte et de mise à jour des diverses éditions.
D'ailleurs une bonne partie des élèves dispose déjà d'une tablette. Les parents d'aujourd'hui les offrent à leurs rejetons dès l'âge de trois ou quatre ans pour les jeux.

Enfin sur la question du prix, je partage votre perplexité car sur des commandes si conséquentes, on devrait pouvoir optimiser les gains d'échelle et trouver un fournisseur prêt à réduire sa marge de manière conséquente.

Bref, à part des détails logistiques, je ne partage pas du tout votre point de vue sur l'utilisation des outils technologiques à l'école et le plus tôt nos enfants pourront en profiter, le mieux ce sera.

Écrit par : PIerre Jenni | 05/08/2016

Pour vous faire une petite idée de ce qui semble vous échapper magistralement.
http://www.wired.com/2016/08/inside-online-school-radically-change-kids-learn-everywhere/?mbid=nl_8416_p1

Écrit par : PIerre Jenni | 05/08/2016

Les commentaires sont fermés.