12/08/2016

Le syndicat s'inquiète de l'épuisement des profs

profs épuisés.jpg

Rien de tel pour susciter les commentaires haineux... Les enseignants sont épuisés!

"L'épuisement des profs, laissez-moi rire, qu'ils viennent voir dans le privé..." "Dur dur le job avec 12 semaines de vacances...", "Pauvres petits fonctionnaires..." Etc., j'en passe des vertes et des pas mûres.

Mais, jusqu'à quand le Département d'Anne Emery Torracinta tolèrera-t-il cette situation?

De quoi se plaignent-ils ces enseignants?

Essentiellement d'une surcharge de travail administratif, tout est dorénavant contrôlé, analysé et formalisé. Une multitude de tâches qui sont chronophages pour ne pas dire souvent inutiles. Ainsi, les enseignants sont sans cesse discrédités, "installés dans un rôle d'exécutant incompatible avec cette liberté professionnelle" qui est tant nécessaire à ce métier.

Problème il y a en effet. Mais il s'agit de ne pas se tromper de cible.

S'il y a une inflation des tâches administratives, à chacun son boulot et les vaches seront bien gardées.

Parce que, en ce qui concerne au moins l'enseignement primaire, rappelons-nous qu'il existe quand même des directeurs d'établissement qui ont un cahier des charges à remplir... Et l'aspect bureaucratique de la bonne marche d'une école est de leur ressort! Les instituteurs, eux, n'ont pas à y prendre part. Leur devoir à eux est d'enseigner, tenir leur classe, la gérer dans les limites de leur fonction, suivre leurs élèves pour les mener au mieux de leurs capacités. Toutes les autres tâches administratives et autres sont du ressort de leur directeur qui sont censés être payés pour ça!

Ceux-ci ont malheureusement tendance à facilement l'oublier pour déléguer quantité de travail aux enseignants de l'établissement dont ils ont la charge. Et ces braves instits, le plus souvent, n'osent pas refuser... Tels des moutons, ils suivent aveuglément ce qu'on leur dit de faire, ils ne savent pas dire non! Pourquoi, dès lors, ces directeurs se priveraient-ils d'une telle aubaine?

Ah oui, au fait, ces cadres supérieurs vont pouvoir encore accentuer cette pression sur "leurs" enseignants... Dès cette prochaine rentrée scolaire, ils devront consacrer une partie de leur temps à des heures d'enseignement. On se souvient que, déboutés par la Chambre Constitutionnelle, ils ont fait appel au Tribunal Fédéral...qui vient de refuser leur demande d'effet suspensif!

Pour rappel, je n'accepte de publier que les commentaires dont l'auteur m'est connu.

Pour ce faire, chacun peut continuer à utiliser le pseudo qui lui plaît mais, j'exige que l'adresse email utilisée soit correcte et je demande au commentateur de me communiquer son nom et son adresse via mon adresse e-mail.

De cette manière, le commentateur reste anonyme pour les lecteurs et je suis seul à connaître son identité. De mon côté, je m'engage bien évidemment à préserver et à respecter cet anonymat.

 

13:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

@Monsieur Duval je vous lis avec plaisir mais ne réagi pas chaque fois
Cependant si vous permettez depuis le temps que Genève adore faire ou voir courir les autres cantons on voit qu'au niveau enseignement rien ou si peu n'a changé
Quand au stress des profs déjà perceptible à notre époque il peut se comprendre surtout que parmi leurs nombreux détracteurs beaucoup ne savent même pas ce que c'est que d'avoir un enfant ou alors paieront une nounou pour s'en occuper
Quand à la paperasse c'est le mal du siècle qui fera couler l'économie car ayant déjà affecté de nombreux domaines
Ou alors vous aurez des humains souffrant de graves maux oculaires et qui seront dépendants de l'AI
On vit vraiment dans un monde de ploucs
Très bon dimanche pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 14/08/2016

Les commentaires sont fermés.