27/09/2016

Directeurs d'école, la honte.

honte.jpg

Il n'aura pas fallu bien longtemps pour obtenir une "réponse" à ce que je soupçonnais dans mon précédent billet. Certes, il s'agit d'attendre la réponse officielle du Conseil d'Etat à la question écrite qui lui a été adressée mais cette "réponse" journalistique donne le ton et il y a matière à s'en inquiéter. Madame Anne Emery Torracinta a tout intérêt à très rapidement mettre de l'ordre dans cette affaire...

Ainsi, sans vergogne, les directeurs d'établissements primaires utilisent tous les moyens possibles pour éviter de respecter leur devoir. Par l'intermédiaire de leurs avocats, ils ne cessent de biaiser, quitte à enfreindre la loi. C'est pourtant simple, le Tribunal fédéral auprès duquel ils ont déposé un recours leur a refusé l'effet suspensif. Dès lors, les directeurs sont tenus de respecter la loi en vigueur et donc de consacrer une partie de leur temps à l'enseignement.

Au lieu de cela, leurs avocats tergiversent et cherchent à nous embrouiller en nous servant leur salade: «le TF a refusé d’accorder l’effet suspensif conformément à sa pratique restrictive en la matière et parce que de toute manière la mise en œuvre de l’art. 59 impliquera d’autres étapes procédurales avant d’être effective, notamment l’examen de la situation concrète des directeurs concernés. Il est donc impossible d’appliquer cet article avant que le TF n’ait statué, ce qui devrait être le cas dans les prochains mois.»

On nage en plein surréalisme! Autant de propos emberlificotés et surtout insensés.

En fait, la mauvaise foi incommensurable affichée par ces directeurs est inadmissible. Ces gens n'ont aucune éthique. N'ont-ils aucune honte pour laisser ainsi leur "image" se dégrader de la sorte jusqu'à en devenir déplorable.

Le DIP, Madame Anne Emery Torracinta en tête, se doit de réagir immédiatement. Si notre Conseillère d'Etat ne veut pas qu'on l'associe à cette mascarade, elle doit prendre ses responsabilités et faire appliquer dans les plus brefs délais la loi votée par notre Conseil législatif... c'est pour ça qu'elle a été élue par le peuple, c'est à ça que sert un Conseil Exécutif!

Il en va de sa crédibilité.

 

19:11 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

23/09/2016

Les directeurs d'écoles primaires sont-ils "hors la loi"?

outlaw_116245165.jpg

La question est pertinente...

On se souvient de la loi votée par notre parlement genevois qui stipule que les directeurs de l’enseignement primaire doivent consacrer une partie de leur temps à l’enseignement.

Il s'en était suivi toute une "affaire" largement débattue sur cette plate-forme et tout récemment reprise par le directeur Didier Bonny sur son blog (Tous les directeurs d'établissement sur pied d'égalité?).

Il se trouve qu'aujourd'hui, on est en droit de se demander si tous ces directeurs se plient à la loi à laquelle ils sont soumis. Raison pour laquelle le député Jean Romain vient de déposer sur le bureau du Grand Conseil une question écrite sur ce propos.

Bien sûr, jusqu'à preuve du contraire, accordons le bénéfice du doute aux directeurs concernés. Le Conseil d'Etat a néanmoins intérêt à répondre très clairement, sans détour aucun, à cette question fort pertinente...

En attendant, je vous en livre ci-dessous la teneur:

Question écrite

Quel est le taux d’enseignement, dès cette rentrée 2016, assuré par les directeurs de l’école primaire ?

Les députés du Grand Conseil ont voté la LIP avec un amendement qui stipule que les directeurs de l’école primaire doivent consacrer une partie de leur temps à l’enseignement. L'association des directeurs du primaire (AGDEP) a fait recours auprès de la Cour constitutionnelle, qui a confirmé en juin le vote des députés.

L’AGDEP s’est alors tournée vers le Tribunal Fédéral suite à la décision de la Cour constitutionnelle, à qui il reviendra de trancher définitivement cette question.

Mais le TF a déjà refusé l’effet suspensif demandé par l’association des directeurs. Or la LIP est entrée en force, et elle doit être suivie par tous les acteurs du département de l’Instruction publique.

 Ma question est donc la suivante :

Quel est le taux d’enseignement assuré par les directeurs de l’école primaire pour l’année 2016-2017 ?

Je remercie de Conseil d’Etat de la réponse qu’il voudra bien m’apporter.

19:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook