01/08/2017

Guillaume Tell, le Père Noël et le petit Jésus

serment.jpg

 

Je devais avoir 9 ou 10 ans. Pour les vacances d’été, mes parents avaient loué un chalet à Champéry.

J’avais lié d’amitié avec le fils du paysan voisin, un rude gaillard d’au moins 12 ans ! Ce genre de « type » à qui on ne la fait pas…

Nos journées s’écoulaient, remplies de tous ces jeux en plein air dictés par l’insouciance de l’enfance.

 

Et voilà qu’un beau jour, pour je ne sais plus quelle raison, mon ami me demande subitement :

  • Le Père Noël, tu y crois encore ?

Bigre, il me prenait pour un sot…quand même, à mon âge !

  • Ben non, ça va pas, lui ai-je répondu.

Mais l’affaire se corsa…

  • C’est comme le p’tit Jésus, tu y crois plus non plus, j’espère.

Tétanisé ! Horrifié ! Voilà que ce « grand » me révélait LA Vérité ! Le Petit Jésus, c’était un mensonge savamment entretenu par mes parents, comme celui du Père Noël quand j’étais un peu plus jeune !

Il fallait sauver la face, je m’entends encore lui dire :

  • Ben, non, tu penses bien, c’est des histoires pour les bébés tout ça.

Ouf, l’honneur était sauf.

Voilà qu’aujourd’hui, en cette soirée du 1er août 2017, j’apprends via le mur facebook de Madame Ada Marra que :

« La Suisse n’existe pas. Ce sont les gens qui y habitent qui existent. Avec des idées et des opinions différentes. Avec des combats et des orientations différentes. Avec des priorités et des soucis différents.

L’histoire suisse, comme toutes les histoires des pays du monde est faite de mythe et de récit national (sic). Moi, je sais que Guillaume Tell n’a jamais existé. Et que le pacte de 1291 n’en est qu’un parmi d’autre et à un moment de l’histoire. Il a été adopté comme un point de repère »…

Mazette, nom d’un chien ! Alors, Guillaume Tell, Winkelried et tous les autres…eux aussi ! Je me suis encore fait avoir ? A mon âge !

Et puis…nom d’une pipe…si mon gaillard de Champéry, celui à qui on ne la faisait pas, était pour finir dans le vrai !?

18:07 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

A propos de Père Noël... toute petite, à Lausanne à l'Innovation... il me regarda sévèrement et me dit qu'il ne viendrait plus me voir tant que je rongerais mes ongles.

Du temps passa.
J'eus des problèmes.
Une névrose d'angoisse d'abandon.

Le médecin qui m'écoutait un jour eut un immense sourire tout en regardant mes ongles moi, mes ongles, etc.
Sans connaître par moi ce que je viens d'écrire.

J'eus une sorte de vision.
Un peu comme un rêve.
Ce médecin intervint ensuite en me posant une ou deux questions qui déclenchèrent tout un processus


quant à la névrose, guérison constatée par un psychiatre... disparue sans lancer de traces

et si ce médecin, décédé juste après, et le Père Noël ne faisaient qu'un?

Un Père Noël tout autrement puissant que tout ce que nous pouvons imaginer?

Et si le Père Noël existait pour de bon et bel et bien?

André Duval! n'allez surtout pas imaginer que j'ai inventé cette histoire.
Surtout pas.

Bel été.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/08/2017

Ainsi donc, Adorata Marra a été élue au Parlement d'un pays qui n'existe pas. Ses collègues des Chambres fédérales ont dû apprécier...
On se souviendra de sa conception de la Suisse au moment de la réélire.

Marrante, la Marra. Si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer. Mais existe-t-elle vraiment? Ne serait-elle pas plutôt un mythe, à l'image de ceux qui font l'histoire de notre pays et qu'elle dénonce?

Reconnaissons tout de même à la députée vaudoise le mérite de ne pas être allée jusqu'à prétendre que le pacte de 1291 n'a jamais existé. C'est toujours ça à mettre à son actif...

Écrit par : Mario Jelmini | 01/08/2017

La vie spirituelle des enfants ne peut pas ne pas concerner les enseignants raison pour laquelle je souhaite développer mon témoignage à propos du Père Noël particulièrement parce que vous avez en votre titre évoqué également le petit Jésus.
La Révélation, dit-on est progressive ainsi lorsque je suis chez ce médecin la première des choses est que je lui ai dit que je n'aime pas la couleur rouge tout en remarquant qu'il regarde mes mains.
Et je me demande pourquoi.
Un peu plus tard en lavant une assiette je réalise que la couleur pour le vernis de mes ongles... est rouge.
Il y a donc une incohérence.
Par la suite ce médecin par quelques questions, mais très peu déclenche ce que Freud appela psychanalyse.
Le sentiment qui se développe entre nous étant le transfert l'un des "outil" de la psychanalyse lequel transfert peut être réciproque.
Or il me semble entendre en moi la vois de ce médecin qui me pose quelques questions sur mon enfance... notamment quels objets dans la salle à manger de mes grands-parents, comptant par-dessus tout pour moi, me touchaient le plus.
Une table me faisait penser aux cheveux de Blanche-Neige et le tapis par-dessus à la mer Rouge que les petits enfants imaginent de cette couleur. D'une part les contes de fées, de l'autre Moïse (Freud et ses livres).
Après sa mort j'appris que ce médecin avant la médecine avait étudié la théologie. Son apparence au cours des temps qui suivirent: Ses yeux que je voyais bleu azur devinrent, à la dernière rencontre, bruns et sa blouse médicale d'un blanc exceptionnel... d'un blanc ordinaire. En cours de transfert il avait, comme en un miroir, incarné le Christ (couleurs blanche et bleue, dit plus haut) puis un simple homme (yeux bruns et blouse blanche de couleur courante).

la couleur rouge du début de l'expérience évoqua enfin en moi, mais infiniment plus tard, des années... l'habit du Père Noël et le blanc la barbe de celui que certains parlant de Dieu, y compris en ces blogs de la TDG nomment sans respect le "Grand barbu".
En ces temps d'après Seconde Guerre mondiale, Noël étant alors une fête religieuse, les Pères Noël ne couraient pas les rues mais cette expérience confirme l'enseignement religieux reçu comme en cherchant à me traiter (psychanalyse) par ce qui me touchait beaucoup: les contes de fées ainsi que le passage de la mer Rouge par les Hébreux.
Comment ce médecin (il n'y eut jamais entre nous de séances ou cure psychanalytique en son cabinet) les premiers mois, pouvait-il me parler nuit et jour?
Etait-ce possible, comment oser le lui demander (connaissant bien la différence entre les "voix" signes de trouble psychique et "la" voix de cette expérience?

Je retirai de cette rencontre avec le médecin théologien qu'il n'était, par la voix en question, pas impossible que cet Etre que nous appelons Dieu existe.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2017

Pour confirmation, il y eut une vision en prime.
"Je lève les yeux vers les montagnes D'où me vient le secours pour l'illustrer.

Concernée tout particulièrement Jung, l'inconscient collectif

le phénomène OVNIs dont on peut discuter ou non mais il en ressort que les "contactés" sont priés d'attirer l'attention sur la préservation de la planète, d'une part et, de l'autre, l'élévation de la conscience


la préservation de la planète concerne, pour l'Inde, Vishnu qui veille au maintient de la création (pour l'Inde, la manifestation).

Le yoga consistant à se concentre une à deux minutes sur nos sept (symbole!) centres nerveux et de conscience (chakras) tout en ne pensant à rien, donc également forme toute simple de méditation est promesse d'équilibre fondement même de la santé.
Equanimité, égalité d'humeur.
Paix:

coeur (rancœur donne mauvaise mine et haleine) à l'endroit où nous tapotons en disant "moi" : sentiment essence même de l'être

l'appareil phonatoire parole (psychologique également l'engagement)

à l'arrière de la plaque stomacale, plexus solaire passer du ruminement mental à la délibération intime conduisant au discernement: il n'y a pas qu'une "digestion"!¨

abdomen, sexualité

entre les sourcils juste à l'emplacement de l'hypophyse l'intelligence

au point de départ de la colonne vertébrale la sécurité (serrer les muscles là où l'on est assis pour bien localiser l'endroit: sécurité domaine matériel (évangiles: l'homme qui marche mais ne voit pas)

sommet de la tête (à l'endroit de la pinéale) domaine spirituel (évangiles, l'homme qui voit mais ne marche pas. Il faut de ces deux "hommes" n'en faire qu'un)

L'ordre indiqué était enseigné par Shrî Mataji mais il n'y a par moi absolument ni secte ni église.

Sahaja yoga, selon cette forme de yoga signifie union spontanée avec le Divin (interprétation libre à chacun)

On pourrait imaginer cette forme de yoga enseignée en classe dans l'idée de l'élévation de la conscience (aucune incompatibilité avec les religions comme le bouddhisme ou philosophies.

C'est une suggestion.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2017

Après le commentaire sur le yoga
Cette discipline se pratique en étant assis, détendu.
Pieds nus (libérés des entraves du quotidien routine)
yeux fermés (et bouche, si possible)

mains sur les genoux

ouvertes signe d'ouverture ou d'offrande correspondant non à Caïn ("j'ai acquis") mais à Abel.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 02/08/2017

Mea culpa.
Je dois rectifier le tir au sujet d'Ada Marra. Celle-ci n'a pas écrit "La Suisse n'existe pas" (comme le laisse croire le début de la partie teintée de bleu dans le billet ci-dessus) mais "LA Suisse n'existe pas". Ce "LA", écrit en majuscules, change tout! En effet, comme l'a expliqué Mme Marra dans l'interview parue sur http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/-Je-songe-a-fermer-mon-profil-aux-commentaires--19911416 : "Si j'ai mis des majuscules au déterminant, c'est pour dire qu'il n'existe pas qu’une seule Suisse mais plusieurs Suisses". Sur ce point, on ne saurait lui donner tort.

Écrit par : Mario Jelmini | 02/08/2017

Les commentaires sont fermés.