27/05/2018

Une note de comportement à l’école

d8fc3f5bdb15c6c4a2a1b9524642d05a--google-search.jpg

L’espace d’un instant je voudrais être une mouche… afin de me faufiler dans la salle et pouvoir assister au tout prochain débat que la commission de l’enseignement est appelée à tenir, débat qui ne manquera pas d’être « animé ». J’entends déjà certains députés s’égosiller et monter au créneau lorsqu’on leur présentera le projet de loi que je vous livre ici :

PL 12141

Bien que la réintroduction d’une note de comportement à l’école primaire et au cycle d’orientation ne relève que du simple bon sens, j’en connais qui ne manqueront pas de crier à la soi-disant inutilité de cette note.

Je me demande d’ailleurs comment ce projet est perçu par Madame Anne Emery Torracinta, présidente de feu le DIP. Gageons qu’elle n’y adhère pas vraiment. En a –t-elle cure, j’ai maintenant des doutes certains quant à sa capacité à remplir son rôle au sein du pouvoir exécutif, à savoir faire respecter la loi.

Imaginons que ce projet de loi sur l’introduction d’une note de comportement devienne un jour partie inhérente de la loi… Madame la Présidente semble ne pas trop appliquer les articles de loi qui ne lui plaisent pas, alors le fera-t-elle cette fois ou n’en tiendra-t-elle pas compte comme elle le fait depuis trois ans avec la loi qui oblige les directeurs d’établissement primaire à consacrer une partie de leur temps à l’enseignement.

On en vient à douter de nos institutions. A quoi bon élire des députés dont le rôle est de légiférer si nos conseillers d’Etat, pouvoir exécutif à leur service, n’en font ensuite qu’à leur tête ?

 

16:00 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

24/05/2018

Horreur !

halloween-darkness-clothing-black-headgear-fear-mask-skeleton-costume-masque-horror-film-817514.jpg

Mais taisez-vous donc, vieux réac ! Etes-vous devenu cinglé ?

Il y a des mots qu’on n’ose plus prononcer de nos jours, au risque de se brûler la langue. Ils sont « tabous »…

 

Il en va ainsi de l’INSTRUCTION.

Mais, grand Dieu, pour quelles raisons nos élus ressentent-ils cet ardent besoin, cette obligation de changer coûte que coûte la dénomination de leur Département… ? Ainsi, feu le DIP, département de l’INSTRUCTION PUBLIQUE qui devient le DFJ…département de la formation et de la jeunesse.

Mazette, aurait-on tellement peur d’  « instruire » les jeunes élèves, oups, pardon, les « formés »…par des formateurs et non plus par des maîtres !

Instruire, horreur, malheur, non, il faut noyer le poisson et parler plutôt de vague formation, on prend moins de risque sur le résultat.

Former la jeunesse donc. Restons là aussi le plus neutre possible, histoire de ne pas faire de remous…

Ainsi, il devient préférable de ne plus mentionner la « res publica » et donc de supprimer le terme d’instruction PUBLIQUE. L’école perdrait-elle son caractère républicain ? L’Etat se priverait-il consciemment du rôle primordial qu’il devrait y jouer ?

Je ressens comme un souffle malfaisant, un vent que propage une idéologie sournoise…

12:07 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook