26/06/2018

Récompenser les bonnes notes scolaires?

note.jpgJe reste perplexe à la lecture de cet article paru dans 20 Minutes...

et me réjouis déjà des commentaires qu'il suscitera.

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/12904847

 

 

 

Media Markt récompense les bonnes notes: tollé



La chaîne de magasins lance une campagne qui cible les écoliers. Enseignants, parents d'élèves et défenseurs des consommateurs appellent à son retrait.

L'action démarre mercredi. Chaque écolier suisse qui se rendra dans un magasin Media Markt avec son bulletin de notes recevra un bon cadeau calculé sur le nombre de 6, de 5,5 et de 5 obtenus. La campagne n'est pas du goût du Syndicat des enseignants romands (SER).

«Cette publicité vise à capter des enfants qui ne sont pas forcément capables de juger de pourquoi on leur offre cet argent. Et elle discrimine ceux qui travaillent dur mais qui ne récoltent malgré tout pas les résultats escomptés», critique Samuel Rohrbach, président du SER. Le syndicat a réclamé mardi le retrait de cette campagne.

Méconnaissance du système scolaire

Une demande soutenue par la Fédération romande des consommateurs (FRC). «Le marketing qui cible les enfants existe déjà. Mais là, on pousse les enfants à venir eux-même dans le magasin, c'est un pas de plus, dénonce Robin Eymann, responsable politique économique à la FRC. Surtout, cette campagne se fait à la tête du client. C'est une tendance que l'on ne souhaite pas voir se développer.»

«Media Markt ne connaît même pas le système scolaire romand», ajoute quant à elle Isabelle Colliard, secrétaire de la Fédération des associations des parents d'élèves de Suisse romande et du Tessin. Elle mentionne notamment le fait que dans le canton de Fribourg, des élèves ne reçoivent pas des notes, mais des appréciations, les excluant de facto de l'offre.

Media Markt ne renonce pas

La chaîne balaie les critiques et compte bien déployer son offre dans ses 28 magasins en Suisse pendant un mois, dès mercredi. «Avec notre initiative, nous souhaitons montrer aux élèves que leur engagement est récompensé et les inciter à continuer à faire de leur mieux à l'école», estime Martin Rusterholz, CEO de la chaîne.

Le SER a d'ores et déjà annoncé qu'il allait chercher d'autres moyens de se faire entendre. Il dénonce une offre qui mêle de trop près éducation et argent. «L'école n'est pas ouverte au commerce. Là, c'est le commerce qui prend l'école», s'inquiète-t-il.


14:10 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook